Les 4 Ecoles de la langue arabe

Le Naḥw (grammaire)

Au début, la grammaire était innée chez les Arabes. Mais lorsque l’Islam est venu, que sont entrés les Muwalladûn (dans l’Islam), que les langages (dialectes) se sont mélangés et que s’est perdue [la langue des] des bédouins entre les langues des non-arabes et les erreurs grammaticales des villes, ‘Alî Ibn Abî Ṭâlib a ordonné de la consigner par écrit. Abû al Qâsim az Zajâj a rapporté dans Al Amâlî : « Selon Abû Ja’far aṭ Ṭabarî, selon Abû Ḥâtim as Sajastânî, selon Ya’qûb Ibn Isḥâq al Ḥaḍramî, Sa’îd Ibn Salim al Bâhilî m’a dit selon mon père, selon son grand père que Abî al Aswad est entré chez ‘Alî Ibn Abî Ṭâlib et dit : « Je l’ai trouvé gardant le silence et je lui ai demandé (pourquoi ?). » Il dit : « J’ai  entendu dans vos pays (contrées) des fautes (de langage), j’ai donc voulu faire un livre sur les fondements de la langue arabe. », puis il le lui dicta…

Jusqu’à ce que vienne Al Khalîl Ibn Aḥmad al Farâhidî (mort en 170 H.) qui a achevé et rectifié la science du Naḥw , puis son élève ‘Amru Ibn ‘Uthmân Sîbawayh prit la relève et vint Al Kisâ`î qui fixa ses fondements.

Les Ecoles grammaticales

1. École de Baṣrah (Bassora)

ـ مدرسة البصرة: و أكبر نحاتها الخليل و سيبويه و الأخفش الأوسط ، و قطرب محمد بن المستنير ، و أكثر بلاد الإسلام و العرب تتبع هذه المدرسة ، و لعل حنكة ابن مالك من أدت إلى ذاك ، و من أهم ما يميّزها:

ـ اشترط الشهرة في الشواهد : فلا يؤخذون إلا بما كان جاريا عند العرب ، حتى يتحققاطراد القواعد

ـ تأسيس القواعد و الأقيسة على المشهور من الشواهد

ـ استطراد هذه القواعد و الأقيسة ، فما خالفها طرح

ـ الاحتياط في رواية الشعر : و اشترطوا له النسبة

و هذه الشروط قيدت بل و ضيقت العربية ، فلذلك لما تنبه لهذا الأمر ابن مالك و ابن هشام ، فصموا شيئا من قيود البصرة ، و مستنجدين لها بمقايسات الكوفة و مروياتها

مثال :  » خلق الله السماواتِ  » إقامة الكسرة مقام الفتحة فيما جمع بألف و تاء مزيدتين مما تواتر و اشتهر عند العرب ، و اطردت القاعدة في جمع المذكر السالم الذي يجر و ينصب كذلك بعلامة الجر  » الياء  » ، فلم يجيزوا فتح  » السماواتَ  » كما فعل الكوفيون ، و إن كان تكلمت به العرب

Les plus grands grammairiens de cette Ecole sont Al Khalîl, Sibawayh, Al Akhfash al Awsaṭ et Quṭrub Muḥammad Ibn al Mustanîr. La majorité des pays islamiques et arabes suivent cette Ecole. Il se peut que ce soit dû à l’expérience et au savoir d’Ibn Mâlik qui a mené cette Ecole à être la majoritaire. Parmi les choses importantes qui la distingue :

  • Le condition de la Shuhrah (célébrité) dans les Shawâhid (preuves tirées des paroles éloquentes arabes qui mène à corroborer une règle grammaticale). Ils ne prenaient que ce qui était courant (connu) chez les Arabes, jusqu’à obtenir l’uniformité (l’harmonisation des règles et qu’elles soient dénuées de toute irrégularité.
  • La constitution des règles et des analogies sur le Mashhûr (le notoire) des Shawâhid.
  • L’homogénéité de ces règles et analogies. Ce qui les contredira sera rejeté.
  • La précaution dans (la prise en compte) les récits poétiques pour lesquels ils doit être stipulé (mis comme condition) la référence (l’origine du poème).

Les conditions susmentionnées sont liées, mais plus que cela, elles ont restreint (resserré) l’arabe et c’est pour cela que lorsque Ibn Mâlik et Ibn Hishâm se sont rendus compte de cela, ils ont défait certains de ces « liens » mis en place par l’Ecole de Baṣrah en recourant, pour elle, aux analogies de l’Ecole de Kûfah et à ses preuves.

Par exemple : « Dieu a crée les cieux (as Samâwâti – السماواتِ – qui est Manṣûb) ». L’Ecole de Baṣrah a établi la Kasrah « اتِ » à la place de la Fatḥah « اتَ » au Jam’ (pluriel), dont le signe est le « Alif » et le « Ta » rajouté à la fin d’un mot, selon ce qui est connu et rapporté de façon notoire des Arabes. La règle s’accorde pour le Jam’ al Mudhakkar as Sâlim (pluriel masculin), à savoir qu’il sera Majrûr ou Manṣûb par le signe du Jarr qui est « الياء – Ya ». Les savants de Baṣrah n’ont pas autorisé de mettre une Fatḥah dans « السماواتَ – As Samâwâta » comme l’on fait les Kûfiyyûn et cela même si les arabes le disaient.

2. École de Kûfah

ـ مدرسة الكوفة: وجد الكوفيون نحوا مهيئا بشواهده و فروعه ، و ذلك بسبق البصريين لهم ، فانصرفت همهم إلى النظر في أصوله ، و كان مما أدى إلى توسّعهم في الأدلة ، و إحاطتهم بالشواهد ، و على رأسهم علي بن حمزة الكسائي ـ ت 189 ـ ، و الفراء أبو زكريا ـ ت 207 ـ ، و هشام بن معاوية الضرير ـ ت 209 ـ و غيرهم

Les Kûfiyyûn ont trouvé une grammaire déjà prête (à disposition) avec ses Shawâhid (preuves) et ses Furû’ (branches) et ce, à cause du fait que les gens de Baṣrah les ont devancés. Ils ont donc porté leur intérêt sur l’examen de ses fondements ce qui a conduit à leur largesse dans les arguments et à leurs connaissances embrassant l’ensemble des Shawâhid. A la tête de cette Ecole se trouve ‘Alî Ibn Hamzah al Kisâ`î (mort en 189 H.), ainsi que Al Farâ` Abû Zakariyyâ (mort en 207 H.), Hishâm Ibn Mu’âwiyah ad Darîr (mort en 209 H.), etc.

3. École de l’Andalus (l’Andalousie)

ـ مدرسة الأندلس: ابتدأت بدخول نحو الكوفةإليها عن طريق جوديّ بن عثمان ـ ق 2 ـ ، و عبد الملك بن حبيب ، و قد تأخر دخول نحو البصرة إلى زمن محمد بن يحيى الجيّاني ـ ق 4 ـ ثم ابن سِيده الضرير.

إلا أن الأندلس لم تستقل مدرسةً إلا في زمن الأعلم الشنتمري ـ ق 5 ـ ، الذي برع في العلل القياسية ، و استقل في الاجتهاد من ذلك تخريجه من كلام سيبويه  » و اعلم أنهم مما يحذفون كذا  » أن من تأتي بمعنى ربّما إذا اتصلت بها ما ، و رجّح دخول الفاء على الخبر الطلبي نحو : زيد فكّلمه أو فلا تكلمه و أن فاء الاستئناف ترد بمعنى السببية ، فينتفي الثاني لانتفاء الأول كقوله تعالى  » هذا يوم لا ينطقون و لا يؤذن لهم فيعتذرون  » أي فلا يعتذرون ، و لذلك لم ينصب

Elle commença par introduire dans son Ecole la grammaire de Kûfah selon la voie de Jûdî Ibn ‘Uthmân (IIesiècle H.) et ‘Abd al Malik Ibn Ḥabîb. L’introduction de la grammaire de Baṣrah a tardé jusqu’à l’époque de Muḥammad Ibn Yaḥyâ al Jayyânî jusqu’au IVesiècle H., puis par Ibn Sayyidih al Ḍarîr, sauf que l’Andalousie n’a pu avoir une école de grammaire indépendante qu’à partir de l’époque d’Al A’lam ash Shantamarî (Vsiècle H.) qui excella dans les ‘Ilal al Qiyâsiyyah (les cause et critères qui permettent l’analogie dans la langue). (…) [par la suite] il est parvenu à être indépendant dans son Ijtihâd (effort d’interprétation). Parmi cela il y a son interprétation de la parole de Sibawayh – « wa ‘alam annahum mima yahdhifunkadha » – affirmant que le « min » (dans le mot « mima » qui est la contraction de min et mâ) à le sens de « rubbamâ » (peut-être, qui indique le doute) lorsqu’il est attaché au « mâ ». Il a également fait prévaloir l’avis de l’introduction du Ḥarf « al Fa » dans le Khabar aṭ Ṭalabî  (l’information qui indique un ordre, une interdiction, une interrogation, un souhait, etc.) comme par exemple : « Zaydun fakallimhu »  (Zayd, parle-lui) ou bien « fala tukallimhu » (ne lui parle pas), et aussi le fait que le Fa al isti`nâf (le Fa de reprise) est à considérer dans le sens de la causalité. Il sera rendu négatif si ce qu’il y a auparavant dans la phrase est négatif, comme dans la parole du Très-haut : « Hadha yawmu layanṭiqûna wa laya`dhanu lahum faya’tadhirûna » qui voudra dire « falâ ya’tadhirûna », soit en français :  « Ce sera le jour où ils ne [peuvent] pas parler et il ne leur sera point donné permission de s’excuser ». C’est pour cela que le verbe ne sera pas Manṣûb (dans son analyse grammaticale).

4. Ecole de Baghdâd

ـ مدرسة بغداد: لم تكن بغداد إلا قرية صغيرة تابعة لخراج عمر بن الخطاب ، حتى جاء أبو جعفر المنصور فبناها و استقر فيها سنة 149 ، و كان له الفضل في تفتح الحضارة الإسلامية ، فخصص من بيت المال للترجمة و إدخال علوم اليونان غيره ، و امتدت هذه المرحلة إلى زمن الرشيد ، و في ظل هذا التشجيع بدأت بوادر النهضة النحوية ، ثم يبدأ عهد المأمون 197 فكان أكثر بني عباس تشددا حتى إنه منع أن يرده كتابا لم يراجعه علماء النحو و قد اختلفوا في إثبات وجود هذه المدرسة فنفاها الزبيدي في طبقاته ، و أثبتها ابن النديم في الفهرست، و إن كان الظاهر أنها ليست بمدرسة مستقلة ، بل غاية ذلك أن قوما من المتأخرين كأبي علي الفارسي و ابن جني و ابن كيسان ـ ق 3 ـ انتخبوا أقوال الكوفة كما فعل هذا الأخير ، و أقوال البصرة للآخرين ، ثم خلطوا معها بعضا من المدرستين ، مع بعض اجتهاداتهم المستقلة ، ثم جاء الزمخشري فهذبها

Bagdad n’était qu’un petit village tributaire de ‘Umar Ibn al Khaṭṭâb, jusqu’à ce que vienne Abû Ja’far al Manṣûr qui l’édifia et s’établit dans la ville l’année 149 H.. Il fut l’un des premiers à contribuer à l’épanouissement de la civilisation islamique, il spécifia un prélèvement du Bayt al Mâl pour le financement des traductions des ouvrages, il introduisit les sciences grecques et d’autres civilisations et cette période (de la civilisation) s’entendit jusqu’à l’époque d’Ar Rashîd. C’est sous l’ombre de cette grande exaltation (scientifique) que commençèrent les initiatives de la « renaissance grammaticale », puis débuta l’époque Al Ma`mûn en 197 H.. Il fut le plus intransigeant des Banû ‘Abbâs, au point qu’il interdise qu’on lui fasse parvenir un livre tant qu’il ne fut pas examiné de nouveau (révisé) par les savants de la grammaire. Ils divergèrent dans l’affirmation de l’existence d’une telle Ecole : Az Zabîdî l’a déclaré fausse dans ses Ṭabaqât, Ibn an Nadîm a affirmé son existence dans Al fahrasat même si, dans l’apparence, elle ne fut pas une Ecole indépendante. Toutefois, le fin mot de cela est que des gens parmi les Muta`akhirûn (tardifs) comme Abû ‘Alî al Fârisî, Ibn Jinnî ainsi que Ibn Kisân (IIIe siècle H.) ont sélectionné des avis de l’Ecole de Kûfah (comme Ibn Kisân), puis des avis de l’Ecole de Baṣrah (comme le firent les deux premiers), puis ils mélangèrent avec cela des éléments des deux Ecoles avec leur propre Ijtihâd indépendants. Ensuite, vint Az Zamakhsharî qui apporta (à cette école) les rectifications.

Article d’Islam ibn Ahmad at Tilimsânî

(traduit par la rédaction LVDH)

Chercheur indépendant, enseignant, spécialiste du Hadith et des fondements de plusieurs domaines des sciences islamiques (Fiqh, langue arabe, Hadith, Coran…)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close