Qu’est-ce qu’un Compagnon (Sahâbî) ?

Y a-t-il consensus (Ijmâ’) de la Ummah concernant la définition du Sahâbî (Compagnon) ?

Ci-après, voici un passage (résumé) du livre « Mukhâlafah aṣ Ṣaḥâbî » du docteur et professeur en Uṣûl al Fiqh ‘Abd al Karîm Ibn ‘Alî Ibn Muḥammad an Namlah de la faculté de Ryâḍ (université de l’Imâm Muḥammad Ibn Sa’ûd al Islamiyyah) :

« Après de grandes recherches et investigations dans les livres de Uṣûl al Fiqh (fondements du droit) et de Ḥadîths, j’ai trouvé que les savants ont divergé dans le fait de savoir à qui l’on applique cette appellation (Ṣaḥâbî). Est-elle appliquée sur tous ceux qui ont vu le Prophète (paix sur lui) ou bien sur celui qui l’a vu et accompagné durant une période (déterminée) ? Les savants ont divergé à ce sujet en plusieurs écoles (…) :

  1. Première école : le Ṣaḥâbî est celui qui a vu le Prophète et qui l’a accompagné même si ce n’est qu’un instant.

C’est la position de la majorité des Muḥaddithûn (spécialistes du Ḥadîth) et de certains Uṣuliyyûn (principologistes) : « Le Ṣaḥâbî est celui qui a vu le Prophète et qui l’a accompagné même si ce n’est qu’un instant et ce, qu’il ait rapporté (transmis) de lui ou non, qu’il lui ait consacré du temps à l’instar d’un compagnon vis-à-vis de celui qu’il accompagne ou non. »

من رأى النبي وصحبه ولو ساعة: سواء روى عنه أو لم يرو عنه، سواء اختصّ به اختصاص المصحوب أو لم يختصّ به

C’est notamment la position de l’Imâm Aḥmad, car c’est ce qui est compris du sens apparent de ses paroles qu’Abu Ya’lâ a rapportées dans Al ‘Uddah et Abû al Khaṭṭâb dans At Tamhîd selon ‘Abdus. Ce dernier a rapporté de l’Imâm Aḥmad cette parole : « Les meilleurs des gens après ceux de Badr sont ceux qui l’ont accompagné une année, un mois, un jour, un moment ou qui l’ont vu (simplement). Ils seront considérés comme faisant partie des Ṣaḥâbah à la mesure de leur accompagnement. »

« كل من صحبه سنة أو شهراً أو يوماً أو ساعة أو رآه فهو من الصحابة على قدر ما يصحبه »  العدة 3/987-988 و التمهيد 3/172-173

C’est également la position du Qâḍî Abû Ya’lâ dans Al ‘Uddah, d’Abû ‘Abdillah al Bukhârî dans son Ṣaḥîḥ, d’Ibn Ḥajar dans Nuzhah an Nadhar. Cette école fut également choisie par certains Uṣuliyyûn et Fuqahâ (juristes) dont Abû al Khaṭṭâb[1], Al ‘Ukbarî al Ḥanbalî[2], Ibn Qudâmah[3], Ibn Ḥazm[4] (…) ou encore Sayf ad Dîn al Âmidî (mort en 631 H.) qui l’a défendue tout en l’attribuant à Aḥmad et à de nombreux Shâfi’ites[5], Sayf ad Dîn ‘Abd al Mu`mîn al Baghdâdî al Ḥanbalî (mort en 739 H.)[6], Aṭ Ṭûfî[7], Al Isnawî[8] ou encore Al Futûḥî al Ḥanbalî[9] qui précise que le Ṣaḥâbî peut être hermaphrodite.

NOTE LA VOIE DU ḤANÎF : Remarquons tout de même que le premier ayant initié cette Ecole fut Aḥmad Ibn Ḥanbal et de nombreux savants parlent bien indirectement d’école en disant que c’est la position des Muḥaddithûn ou de certains Uṣuliyyûn et non en la présentant comme la position des Sunnites à l’unanimité…

  1. Deuxième école : le Ṣaḥâbî est celui qui a atteint l’époque du Prophète même s’il ne l’a jamais vu.

C’est la position de certains savants qui disent que « le Ṣaḥâbî est celui qui a atteint l’époque du Prophète (paix sur lui) même s’il ne l’a jamais vu. » Al Qarâfî l’a mentionné dans Sharḥ Tanqîḥ al Fuṣûl (p.36) et Al Kamâl Ibn al Humâm dans At Taḥrîr sans référence.

Al Irâqî l’attribue à Yaḥyâ Ibn ‘Uthmân Ibn Ṣâliḥ al Miṣrî dans Fatḥ al Mughîth (4/32) et rapporte de lui sa parole : « …et parmi ceux qui ont été enterrés – en Egypte – parmi les Compagnons du Prophète (paix sur lui) qui ont atteint (son époque), mais qui n’ont pas entendu de lui [il y a] Abû Tamîm al Jayshânî dont le nom est ‘Abdallah Ibn Mâlik. » Il a dit : « …mais Abû Tamîm a émigré à Médine à l’époque du califat de ‘Umar et ce, à l’unanimité des savants historiens… » Cette position – celle de Yaḥyâ Ibn ‘Uthmân – lui a également été attribuée par Amîr Bâdishâ` (mort en 972-987) dans Taysîr at Taḥrîr (3/67).

  1. Troisième école : le Ṣaḥâbî est celui qui a vu le Prophète, même un instant, en étant musulman Bâligh et ‘Âqil (pubère et doué de raison).

Cette position est rapportée par Al Wâqidî comme étant celle des gens de science puisqu’il dit : « J’ai entendu les gens de science dirent : “toute personne ayant vu le Messager d’Allah (paix sur lui) en étant pubère, musulman, saisissant l’importance de la religion et l’accepte est considéré chez nous comme ayant accompagné (Ṣaḥâbah) le Prophète, même si ce n’est qu’une heure de la journée. » Al Irâqî le rapporte de lui dans « Fatḥ al Mughîth » (2/32).

« رأيت أهل العلم يقولون كل من رأى رسول الله صلى الله عليه وسلم و قد أدركه الحلم و أسلم و عمر الدين و رضيه فهو عندنا ممن صحب النبي صلى الله عليه وسلم و لو ساعة من نهار. »

  1. Quatrième école : le Ṣaḥâbî est celui qui a beaucoup fréquenté le Prophète conformément au ‘Urf (coutume).

C’est la position de la majorité des Uṣuliyyûn (spécialistes des fondements du droit) et de plusieurs sommités chez les Sunnites, notamment certaines très considérées par les Ash’arites : « Le Ṣaḥâbî est celui qui a souvent fréquenté le Prophète (paix sur lui) en le suivant et en lui obéissant durant un temps par lequel on peut confirmer de manière traditionnelle (‘Urfan) que tel est compagnon d’untel et ce, sans que l’on donne une mesure (Miqdâr[10]) à cette Ṣuḥbah (compagnie), qu’il ait rapporté et/ou appris de lui ou non. »

« من رأى النبي – ص- و اختصّ به اختصاص المصحوب، متبعاً إياه مدة يثبت معها اطلاق صاحب فلان عليه عرفاً بلا تحديد لمقدار تلك الصحبة : سواء روى عنه أو لم يرو عنه تعلم منه أو لم يتعلم. »

C’est notamment la position de l’Imâm al Ḥaramayn (mort en 207 H.) dans At Talkhîṣ (p.799), d’Ibn aṣ Ṣabâgh (mort en 477 H.) dans Al ‘Uddah[11], d’Al Ghazzâlî dans Al Musṭasfâ (1/105), d’Ibn Sama’ânî dans Qawâṭi’ al Adillah (p.838), d’Aṣ Ṣaymarî dans Masâ`il al Khilâfah (p.301) et d’Al Qarâfî dans Sharḥ Tanqîḥ al Fuṣûl (p.360). C’est l’école de la majorité des Uṣuliyyûn et du plus grand nombre des savants. Elle a été attribuée à eux par Abû al Khaṭṭâb al Ḥanbalî dans At Tamhîd (3/173), Ibn Ṣalâḥ dans sa Muqaddimah (p. 423) et Amîr Bâdishâ` dans Taysîr at Taḥrîr (3/66).

  1. Cinquième école : le Ṣaḥâbî est celui qui a accompagné le Prophète (au moins) un ou deux ans ou qui a fait avec lui une ou deux expéditions militaires.

C’est la position du grand Tâbi’î Sa’îd Ibn al Musayyib comme la lui attribue Aṭ Ṭûfî dans Sharḥ Mukhtaṣar ar Rawḍah (2/185), Al Kamâl Ibn Humâm dans At Taḥrîr (3/66) – avec son commentaire At Taysîr -, Ibn Ḥajar dans Fatḥ al Bârî (7/3), Al ‘Irâqî dans Fatḥ al Mughîth (4/32), Ibn Kathîr dans Al Bâḥith al Khathîth (p.179), Az Zarkashî dans Al Baḥr al Muḥîṭ (4/302) et Ash Shawkânî dans Irshâd al Fuḥûl (p.65).

  1. Sixième école : le Ṣaḥâbî est celui qui a accompagné le Prophète six mois ou plus.

Cette position a été mentionnée par Ibn ‘Abd ash Shakûr dans Musallam ath Thubût (2/158)[12], par Al Kamâl Ibn al Humâm dans At Taḥrîr (3/66) – avec Taysîr at Taḥrîr – et Az Zarkashî le mentionne aussi dans Al Baḥr al Muḥîṭ (4/302).

 

  1. Septième école : le Ṣaḥâbî est celui qui a accompagné le Prophète longuement ayant pris de lui la science et rapporté de lui.

Cette position a été attribuée à Al Jâḥîẓ (mort en 255 H.). Abû ‘Abdullah aṣ Ṣaymarî lui attribue dans Masâ`il al Khilâf (p.301), Abû Ya’lâ dans Al ‘Uddah (3/988), Abû al Khaṭṭâb dans At Tamhîd (3/173), Al Âmidî dans Al Iḥkâm (2/92) et Al Isnawî l’a mentionné dans Az Zawâ`id sans référence.

COMPLÉMENT DE L’ÉQUIPE LA VOIE DU ḤANÎF :

  1. Anas Ibn Mâlik a répondu à une personne qui lui demandait s’il restait des Compagnons du Prophète en vie : « Il en reste parmi les bédouins qui l’ont vu, mais parmi ceux qui ont eu une Ṣuḥbah avec lui, non (il n’y en a pas). »[13]
  2. On rapporte que le Tâbi’î ‘Asim al Aḥwâl a dit que ‘Abdullah Ibn as Sarjîs avait vu le Messager d’Allah mais qu’il n’a pas eu de Ṣuḥbah (la véritable compagnie du Messager d’Allah).[14] Adh Dhahabî précise qu’il s’agit de la Ṣuḥbah définie par Sa’îd Ibn al Musayyib[15] et d’autres qui donnent comme condition la longue compagnie avec le Prophète. Il finit en disant : « Mais Allah est plus savant.
  3. En outre, l’Imâm Al Mâzirî, pourtant spécialiste du Ḥadîth et l’un des savants de référence chez les Sunnaites disait dans le « commentaire d’Al Burhân » : « Nous ne voulons pas désigner par notre parole « tous les Ṣaḥâbah sont probes », tous ceux qui ont vu (le Prophète) un jour, qui l’ont visité ou qui ont été associés avec lui dans une affaire puis sont partis, mais nous voulons parler de ceux qui l’ont accompagné, soutenu et aidé à triompher.» [16]
  4. ‘Atar lui-même, en commentant le livre Jam’ al Jawâmi’ de l’Imâm As Subkî, affirme et témoigne bel et bien que les Uṣuliyyûn avaient une définition du « Ṣaḥâbî » qu’il explique et qui est différente de celle donnée par les savants du Ḥadîth (et ce, bien qu’il défende leur avis). En outre, Ibn Ṣalâḥ lui-même confirme que les Uṣuliyyûn avaient une position autre quant à cette définition. Ainsi, par exemple, l’Imâm ‘Abd al ‘Azîz Ibn ‘Uthmân Ibrâhîm Al Faḍlî al Ḥanafî[17] a dit : « Il y a divergence dans la définition du Ṣaḥâbî. Ce qui est connu chez les Muḥaddithûn c’est qu’il s’agit de tout musulman ayant vu le Prophète. » Il a dit également : « L’appellation « Ṣaḥâbî » s’appliquera sur celui dont la Ṣuḥbah (compagnie) aura été longue et qui aura pris du (Prophète) [en s’instruisant à ses côtés]. Cela est l’avis du Jumhûr (majorité) et c’est également la position d’Al Jahid, soutenue et appuyée par le Shaykh Abû ‘Abdillah. Beaucoup de savants du Ḥadîth ont dit que la (Ṣuḥbah) s’appliquait à celui qui a rencontré le Messager d’Allah et qui a entendu de lui une chose, même une seule fois. Et selon les savants des Uṣûl ou certains d’entre eux c’est celui dont l’assise auprès du Prophète a été longue et continue. »[18]
  5. Enfin, chez les Chiites ou encore chez les Mu’tazilites (on peut même évoquer les Zaydites), la définition du Ṣaḥâbî n’est pas similaire à celle des Sunnites puisqu’ils excluent de ce titre par exemple ceux qui ont combattu ‘Alî Ibn Abî Ṭâlib.

Nous ne pouvons donc conclure à un Ijmâ’ (consensus) de la Ummah sur la question de la définition du Ṣaḥâbî, ni même à un Ijmâ’ des Sunnites.

Equipe La voie du Ḥanîf

*********

[1] At Tamhîd

[2] Ar Risâlah fî Uṣûl al Fiqh, p.117-188.

[3] Rawḍah an Nâdhîr (2/404) :

و هذا يتناول من يقع عليه اسم الصحابي و يحصل ذلك بصحبته ورؤيته مع الإيمان به. »  ابن قدامة في روضة الناظر 2/404

[4] Al Iḥkâm (5/875) :

« أما الصحابة -رضي الله عنهم – فهم كل من جالس النبي -ص- و لو ساعة و سمع منه و لو كلمة أو شاهد منه عليه السلام أمرا يعيه. » ابن حزم في الإحكام 5/875

[5] Al Iḥkâm (2/92)

[6] Qawâ’id al Uṣûl, p.44.

[7] Sharḥ Mukhtaṣar ar Rawḍah (2/175) :

« …من صحب الرسول – عليه السلام- مطلق الصحابة و لو ساعة أو لحظة، و رآه مع الإيمان به. »  الطوفي في « شرح مختصر الروضة » 2/17

[8] Zawâ`id al Uṣûl, p.327 :

الصحابي من رآه عليه الصلاة و السلام و إن لم يرو عنه و لم تطل صحبته له. » الإسنوي في « زوائد الأصول » ص 327

[9] Sharḥ Al Kawkab al Munîr (2/465) :

الصحابي من لقي النبي  -ص – من صغير أو كبير ذكر أو أنثى أو خنثى، أو رآه يقظة في حال كونه -ص- حيا، و كون الرائي مسلماً  و لو ارتد ثم أسلم و لم يره بعد إسلامه و مات مسلماً.  » الفتوحي في « شرح الكوكب المنير.2/465 »

[10] C’est-à-dire que cette Ṣuḥbah n’est pas définie en fonction d’une durée d’accompagnement en mois ou en année, mais elle se définit par le ‘Urf (la coutume) d’un peuple par exemple.

[11] Rapporté de lui par Al ‘Irâqî dans Fatḥ al Mughîth (4/31).

[12] Sans référence.

[13] Rapporté par Ibn Ṣalâḥ dans sa Muqaddimah (p.294) qui précise que le Sanad est Jayyid et Muslim l’a cité devant Abû Zur’ah. Notons tout de même que, dans son livre, Ibn Ṣalâḥ donne la prépondérance à la définition des Muḥaddithûn ce qui révèle tout de même qu’il y a une divergence et non un consensus :

في علوم الحديث لابن صلاح ص 294

 و روينا عن شعبة عن موسى السبالني وأثنى عليه خيراً قال أتيت أنس بن مالك فقلت : »هل بقي من أصحاب رسول الله أحد غيرك ؟ قال : »بقي ناس من الأعراب قد رأوه، فأما من صحبه فلا ». إسناده جيد حدث به مسلم بحضرة أبي زرعة…

[14] Rapporté dans Siyar A’lâm an Nubalâ` de l’Imâm Adh Dhahabî dans la biographie de ‘Abdullah Ibn Sarjis :

في « سير أعلام النبلاء » قال الذهبي في ترجمة عبد الله بن سرجس ص 427 : »…فأما قول عاصم الأحوال : إن عبد الله بن سرجس رأى رسول الله صلى الله عليه وسلم و لم يكن له صحبة، »  فإنه أراد الصحبة التي يذهب إليها سعيد بن المسيب من طول المصاحبة و الله أعلم…

[15] Sachant qu’à l’origine, Al Wâqidî il se trouve dans la transmission de sa parole.

[16] Sharḥ al Burhan :

و قال المازري في شرح البرهان : لسنا نعني بقولنا :  » الصحابة عدول  » كل من رآه صلى الله عليه وسلم يوما ما أو زاره لماما ، أو اجتمع به لغرض وانصرف ، وإنما نعني به الذين لازموه وعزروه ونصروه.

Même Al ‘Alâ`î dit : « Cette parole (d’Al Mâzirî) est étrange. Elle exclut de nombreuses personnes connues pour leur Ṣuḥbah (compagnie) ou pour leur Riwâyah (transmission) du statut de probité, à l’instar de Wâ`il Ibn Ḥujr ou encore Mâlik Ibn Ḥuwayrith. »

قال العلائي : وهذا قول غريب يخرج كثيرا من المشهورين بالصحبة والرواية عن الحكم بالعدالة ، كوائل بن حجر ، ومالك بن الحويرث

[17] Grand savant Ḥanafite en son temps.

[18] Al Jawâhir al Maḍiyah fî Ṭabaqât al Ḥanafiyyah (4/527) de ‘Abd al Qâdir Ibn Muḥammad Ibn Muḥammad Ibn Naṣr Allah Ibn Sâlim Ibn Abî al Wafâ` al Qarshî al Ḥanafî :

الجواهر المضية في طبقات الحنفية – عبد القادر بن محمد بن محمد بن نصر الله بن سالم بن أبي الوفاء القرشي الحنفي محي الدين أبو محمد -ج4 ص 527

Kifâyah al Fuḥûl fî ‘Ilm al Uṣûl :

واختلف في حد الصحابي فالمعروف عند المحدثين أنه كل مسلم رأى النبي صلى الله عليه وسلم

وقال في « كفاية الفحول في علم الأصول » اسم الصحابي يقع على من طالت صحبته مع النبي ص، و أخذه عنه و عليه الجمهور و به قال الجاحظ، و نصره الشيخ أبو عبد الله  وقال كثير من أصحاب  الحديث : »إنه يقع على من لقي الرسول و سمع منه شيئاً و لو مرةً و عن أصحاب الأصول  أو بعضيهم أنه من طالت مجالسته على طريق التتبع. »

 

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close