Qui sont les Sahâbah (Compagnon) agréés d’après le Coran ?

En préambule, rappelons qu’Allah, Lui-même, n’a pas nécessairement appelé l’ensemble de ceux qui ont vu (ou rencontré) Son Prophète en étant croyant « Compagnons » (Ṣaḥâbah), sachant que ce terme n’est employé dans le Coran que dans le sens linguistique, et Allah ne les a pas non plus qualifiés de « modèles à suivre ». Allah n’a fait l’éloge que de certaines catégories comme les « Muhâjirûn » (exilés), les « Anṣârs » (accueillants) ou encore les croyants du pacte d’Al Ḥudaybiyyah, sachant que le terme « Ṣâḥib » est même employé pour mettre en exergue un lien avec les non-musulmans[1]. En outre, le Messager d’Allah (paix sur lui) ne l’a pas fait, il a d’ailleurs distingué entre certains[2] selon leur ancienneté dans la « Ṣuḥbah » (compagnie) et il a, en outre, qualifié certains « Compagnons » d’hypocrites comme le rapporte l’Imâm Muslim par exemple.[3]

Ceci dit, à travers les versets suivants, vous constaterez qu’Allah a spécifié ceux qui, parmi les Ṣaḥâbah, sont agréés et qui peuvent donc être considérés comme des exemples à suivre spirituellement. Vous constaterez alors qu’il ne s’agit nullement de l’ensemble de ceux qui ont vu ou rencontré le Prophète en étant croyants et qui seraient morts croyants :

وَالسَّابِقُونَ الأَوَّلُونَ مِنَ الْمُهَاجِرِينَ وَالأَنصَارِ وَالَّذِينَ اتَّبَعُوهُم بِإِحْسَانٍ رَّضِيَ اللّهُ عَنْهُمْ وَرَضُواْ عَنْهُ وَأَعَدَّ لَهُمْ جَنَّاتٍ تَجْرِي تَحْتَهَا الأَنْهَارُ خَالِدِينَ فِيهَا أَبَدًا ذَلِكَ الْفَوْزُ الْعَظِيمُ

« Les tout premiers (croyants) parmi les Muhâjirûn et les Anṣârs et ceux qui les ont suivis avec Iḥsân (dans un beau comportement), Allah les agrée, et ils l’agréent. Il a préparé pour eux des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, et ils y demeureront éternellement. Voilà l’énorme succès !»[4]

لقَدْ رَضِيَ اللَّهُ عَنِ الْمُؤْمِنِينَ إِذْ يُبَايِعُونَكَ تَحْتَ الشَّجَرَةِ فَعَلِمَ مَا فِي قُلُوبِهِمْ فَأَنزَلَ السَّكِينَةَ عَلَيْهِمْ وَأَثَابَهُمْ فَتْحًا قَرِيبًا

« Allah a très certainement agréé les croyants[5] quand ils t’ont prêté le serment d’allégeance sous l’arbre. Il a su ce qu’il y avait dans leur cœur, et a fait descendre sur eux la quiétude…»[6]

ومَا لَكُمْ أَلَّا تُنفِقُوا فِي سَبِيلِ اللَّهِ وَلِلَّهِ مِيرَاثُ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ لَا يَسْتَوِي مِنكُم مَّنْ أَنفَقَ مِن قَبْلِ الْفَتْحِ وَقَاتَلَ أُوْلَئِكَ أَعْظَمُ دَرَجَةً مِّنَ الَّذِينَ أَنفَقُوا مِن بَعْدُ وَقَاتَلُوا وَكُلًّا وَعَدَ اللَّهُ الْحُسْنَى وَاللَّهُ بِمَا تَعْمَلُونَ خَبِيرٌ

« On ne peut comparer cependant celui d’entre vous qui a donné ses biens et combattu avant le Fatḥ (Al Ḥudaybiyyah[7])… ces derniers sont plus hauts en hiérarchie (degré) que ceux qui ont dépensé et ont combattu après. Or, à chacun, Allah a promis la plus belle récompense, et Allah est Grand Connaisseur de ce que vous faites. »[8]

إِنْ آمَنُواْ بِمِثْلِ مَا آمَنتُم بِهِ فَقَدِ اهْتَدَواْ وَّإِن تَوَلَّوْاْ فَإِنَّمَا هُمْ فِي شِقَاقٍ فَسَيَكْفِيكَهُمُ اللّهُ وَهُوَ السَّمِيعُ الْعَلِيمُ

« Alors, s’ils croient à cela même à quoi vous croyez, ils seront certainement sur la bonne voie. Et s’ils s’en détournent, ils seront certes dans le schisme ! Alors Allah te suffira contre eux. Il est l’Audient, l’Omniscient »[9]

A ces versets explicites, certains pourraient citer les versets 117 à 119 suivants de la sourate At Tawbah afin d’affirmer qu’Allah a agréé un plus grand nombre de Ṣaḥâbah juste avant le pèlerinage d’Adieu du Messager (paix sur lui). En effet, le passage coranique « soyez avec les véridiques » pourrait laisser entendre qu’Allah fait référence à tous ceux qui ont combattu lors de la bataille de Tabûk[10]. Ainsi, selon certains, aucun hypocrite n’aurait combattu dans les rangs des musulmans et les trois individus qui n’y ont pas participé[11] en restant à Médine furent pardonnés :

لَقَد تَّابَ الله عَلَى النَّبِيِّ وَالْمُهَاجِرِينَ وَالأَنصَارِ الَّذِينَ اتَّبَعُوهُ فِي سَاعَةِ الْعُسْرَةِ مِن بَعْدِ مَا كَادَ يَزِيغُ قُلُوبُ فَرِيقٍ مِّنْهُمْ ثُمَّ تَابَ عَلَيْهِمْ إِنَّهُ بِهِمْ رَؤُوفٌ رَّحِيمٌ  (117) وعَلَى الثَّلاَثَةِ الَّذِينَ خُلِّفُواْ حَتَّى إِذَا ضَاقَتْ عَلَيْهِمُ الأَرْضُ بِمَا رَحُبَتْ وَضَاقَتْ عَلَيْهِمْ أَنفُسُهُمْ وَظَنُّواْ أَن لاَّ مَلْجَأَ مِنَ اللّهِ إِلاَّ إِلَيْهِ ثُمَّ تَابَ عَلَيْهِمْ لِيَتُوبُواْ إِنَّ اللّهَ هُوَ التَّوَّابُ الرَّحِيمُ (118) يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ اتَّقُواْ اللّهَ وَكُونُواْ مَعَ الصَّادِقِينَ (119)

« Allah a accueilli le repentir du Prophète, celui des Muhâjirûn et des Anṣârs qui l’ont suivi à un moment difficile, après que les cœurs d’un groupe d’entre eux étaient sur le point de dévier. Puis Il accueillit leur repentir car Il est Compatissant et Miséricordieux à leur égard. (117) Et [Il accueillit le repentir] des trois qui étaient restés à l’arrière si bien que, toute vaste qu’elle fût, la terre leur paraissait exiguë ; ils se sentaient à l’étroit, dans leur propre personne et ils pensaient qu’il n’y avait d’autre refuge d’Allah qu’auprès de Lui. Puis Il agréa leur repentir pour qu’ils reviennent [à Lui], car Allah est L’accueillant au repentir, le Miséricordieux. (118) Ô vous qui croyez ! Craignez Allah et soyez avec les véridiques. »(119)

A cela, nous répondons par trois éléments :

  1. Le dernier verset susmentionné (119) a un sens général, et non restreint, et il ne vise pas spécifiquement les combattants de la bataille de Tabûk, mais tous ceux qui entrent dans la catégorie des véridiques.
  2. Toutefois, quand bien même il s’adresserait spécifiquement aux combattants de Tabûk parmi les musulmans, d’une part il ne s’adresse pas à chaque individu composant le groupe mais à un ensemble et, d’autre part, il n’annule pas la condition du suivi avec Iḥsân (beau comportement) citée par Allah dans le verset 100 de la sourate At Tawbah.
  3. Enfin, le fait d’affirmer que ce verset s’adresse à tous les combattants de Tabûk faisant partie de l’armée musulmane n’est pas correct, car Allah dit dans la même sourate (versets 65/66) :

ولَئِن سَأَلْتَهُمْ لَيَقُولُنَّ إِنَّمَا كُنَّا نَخُوضُ وَنَلْعَبُ قُلْ أَبِاللّهِ وَآيَاتِهِ وَرَسُولِهِ كُنتُمْ تَسْتَهْزِؤُونَ (65) لا تَعْتَذِرُواْ قَدْ كَفَرْتُم بَعْدَ إِيمَانِكُمْ إِن نَّعْفُ عَن طَآئِفَةٍ مِّنكُمْ نُعَذِّبْ طَآئِفَةً بِأَنَّهُمْ كَانُواْ مُجْرِمِينَ (66)

« Et si tu les interrogeais, ils diraient très certainement : « Vraiment, nous ne faisions que bavarder et jouer. » Dis : « Est-ce d’Allah, de Ses versets (le Coran) et de Son Messager que vous vous moquiez ? » (65) Ne vous excusez pas : vous avez bel et bien rejeté la foi après avoir cru. Si Nous pardonnons à une partie des vôtres, Nous en châtierons une autre pour avoir été des criminels. »(66)

Or, d’après plusieurs Mufassirûn (exégètes), ce verset fut révélé pour les combattants de Tabûk et il témoigne bel et bien que des « criminels » se trouvaient dans les rangs des musulmans. Si l’on dit qu’Allah a pardonné aux combattants de cette bataille, nous répondons qu’Allah à seulement « accueilli le repentir du Prophète, celui des Muhâjirûn et des Anṣârs qui l’ont suivi à un moment difficile, après que les cœurs d’un groupe d’entre eux étaient sur le point de dévier » (verset 117). Allah n’a donc pas pardonné à tous les combattants et a bien spécifié que certains parmi eux seraient châtiés pour avoir été des criminels.

Nous remarquons également que la catégorie des « Ṣaḥâbah » parmi les Ṭulaqâ[12], les ‘Uṭaqâ[13] et les A’rab (bédouins) ne sont pas cités spécifiquement dans les versets susmentionnés et que, quand bien même ils auraient vu ou accompagné le Prophète (paix sur lui), comme c’est le cas avec la bataille de Tabûk, ils ne sont pas dédouanés de la condition du suivi avec Iḥsân cité clairement dans la sourate At Tawbah.

En conclusion, il faut garder à l’esprit que les modèles dans le cheminement spirituel parmi les Compagnons sont celles et ceux qui ont été agréés par Allah de leur vivant, honorés par le Prophète de l’islam, qu’ils soient parmi les premiers Muhâjirûn ou Anṣârs. Quant aux croyants d’après le pacte d’Al Ḥudaybiyyah, ils sont des modèles à la condition qu’ils aient suivi le Prophète et les premiers avec Iḥsân (beau comportement), à l’image de Khâlid Ibn al Walîd ou de Ḥujr Ibn ‘Adî par exemple. Quant à ceux qui ne les ont pas suivis avec Iḥsân, nous disons au moins qu’ils ne sont pas des exemples pour les musulmans et qu’ils ont pu très mal agir après la mort du Messager d’Allah.

Qu’Allah nous fasse sortir du sectarisme.

Equipe La voie du Ḥanîf

******

[1] Exemple – Coran (At Takwîr 81/22) : Votre compagnon (Muḥammad) n’est nullement fou – وَمَا صَاحِبُكُم بِمَجْنُونٍ

[2] cf. : L’histoire entre ‘Abd ar Raḥmân Ibn ‘Awf et Khalid Ibn al Walîd, qu’Allah les agrées.

[3] Dans son Ṣaḥîḥ :

في أصحابي اثنا عشر منافقاً، فيهم ثمانية لا يدخلون الجنة حتى يلج الجمل في سم الخياط.. الحديث.

[4] Coran (At Tawbah 9/100)

[5] Notez qu’Allah évoque ici les croyants du pacte et non l’ensemble de ceux qui ont prêté serment d’allégeance, ce qui sous-entend que certains connus d’Allah (et peut-être également du Prophète) étaient hypocrites, à l’instar de ‘Abdullah Ibn Ubay Ibn Salûl. Abû al Ghâdiyah était également présent au moment de ce pacte.

[6] Coran (Al Fatḥ 48/18)

[7] Car cette sourate fut révélée avant l’ouverture de la Mecque (mais il y a divergence).

[8] Coran (Al Ḥadîd 57/10)

[9] Coran (Al Baqarah 2/137)

[10] Elle se déroula après l’ouverture de la Mecque, à une époque où le nombre de Compagnons présents dans l’armée était très important puisque certaines sources évoquent 30 000 combattants.

[11] Ka’b Ibn Mâlik, Marârah Ibn Rabî’ et Hilâl Ibn Umayyah al Waqifî.

[12] Ceux qui embrassèrent l’islam après la conquête de la Mecque

[13] Ceux qui embrassèrent l’islam après l’évènement de Thaqîf.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close