Femmes savantes passées sous silence !

Les femmes dans l’islam : 9000 femmes savantes passées sous silence !

 Par Omar Mahassine, imam et conférencier

L’islam d’aujourd’hui semble oublier la participation active et considérable des femmes dans la réussite et le rayonnement de cette civilisation. En effet, plus de 9 000 femmes ont brillé́ dans nombre de disciplines scientifiques et culturelles. Aïcha, épouse du Prophète, était connue pour sa profonde érudition, à tel point que les grands compagnons du Prophète venaient la consulter en matière de Coran, de jurisprudence, de poésie et d’histoire.

De même, Oum Dardâ (décédée en 700) était considérée comme la référence dans les sciences des hadiths et sa notoriété́ dépassait celle de célèbres érudits, tels Al-Hassan Al-Baṣrî ou Ibn Sirine. Oum Dardâ enseignait aussi bien aux hommes qu’aux femmes dans la mosquée de Jérusalem. L’imam Shâfi’î, fondateur de l’école portant son nom, était le disciple assidu de Nafissa (née à La Mecque en 762), maîtresse de conférence au Caire.

Ibn Hajar, un des célèbres imams de l’islam, sera formé avec cinquante de ses condisciples à l’école d’Aïcha Al-Hanbaliya ainsi qu’à celle de Zaynab. Sans oublier les femmes édificatrices de mosquées et d’universités, à commencer par Fatima Al-Fihriya, qui a construit la mosquée-université Al- Qaraouiyine à Fès en 863. Pourquoi cet apport civilisationnel des femmes savantes a-t-il été relégué́ aux oubliettes de l’Histoire ? Pourquoi la mémoire des femmes érudites, qui ont contribué́ à la splendeur de la civilisation musulmane, reste-t-elle camouflée ?

À la source de cette occultation de l’histoire, deux causes : les enjeux de pouvoir avec le coup d’État omeyyade qui sonne la fin de la dynamique de libération initiée par l’enseignement de Muhammad ; la jurisprudence sclérosée et rigoriste qui a cautionné toutes les dictatures et tous les despotismes, aussi bien d’ordre politique que familial. Une jurisprudence patriarcale, dont les musulmanes font encore les frais aujourd’hui.

Dès que l’on se débarrasse des lectures patriarcales construites par des siècles de jurisprudences hétéroclites et que l’on retourne directement auprès du Prophète de l’islam, il apparaît clairement que la dynamique inhérente au message – à savoir une foi libératrice et un savoir émancipateur – a été détournée. Lorsque les femmes ont été́ marginalisées des centres du savoir – enfermées dans des harems et réduites à leur corps, source de jouissance –, la civilisation musulmane a sombré dans la décadence, perdant de sa vitalité́ et de sa richesse.

Il est donc essentiel de se réapproprier l’histoire et de retrouver cette force libératrice initiée par le Prophète de l’islam.

Qu’Allah nous permette de comprendre.

Equipe Al Amânah

******

Le Monde des religions : http://www.lemondedesreligions.fr/mensuel/2015/71/le-souvenir-confisque-de-9000-erudites-06-05-2015-4683_215.php

 

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close