La part d’ombre de la bataille de Poitiers

En 732, entre les troupes franques de Charles Martel et l’armée musulmane d’abdiquer al Rahmân garde sa part d’ombre. Longtemps on a raconté que Charles Martel avait arrêté les Arabes à Poitiers, pendant longtemps on a raconté cette histoire dans les écoles, pendant longtemps on a utilisé ce récit pour illustrer la lutte contre l’ennemi venu de l’extérieur, pendant longtemps on a fait de Charles Martel un homme providentiel qui a surgit au moment ou le pays était menacé…

En réalité, cette bataille de Poitiers est un évènement obscur d’après l’analyse qu’en fair Bruno Dumézil, maître de conférence en histoire médiévale à l’université Paris-Nanterre. A ce titre, les sources sont à ce point contradictoires que même la date retenue de 732 est incertaine. En effet, alors que les auteurs chrétiens retiennent la date de 732, le premier chroniqueur musulman à l’évoquer retient la date de 115 H., soit entre 733 et 734. De même, le lieu de la bataille est l’objet également de divergence puisque même si on la situe traditionnellement à Poitiers, les Anglais la nomme Battle of Tours (bataille de Tours), soit une centaine de kilomètre de différence. De fait, Bruno Dumézil explique que l’affrontement a certainement eu lieu entre les deux villes, peut-être sur le site de Moussais-la-Bataille, dans la Vienne…

Mais les divergences ne s’arrêtent pas là puisque même l’ampleur des forces qui s’affrontèrent est l’objet de spéculations. En réalité, seuls les acteurs sont connus.

I. Avant la bataille

Si l’on retient la date de 732, alors on peut dire que la bataille s’est déroulée cent ans « exactement » après la mort du Prophète (paix sur lui) en 632. D’ailleurs, les successeurs de Muhammad n’ont eu de cesse d’agrandir les terres d’islam en s’emparant de la Syrie (636), de l’Egypte (641) et de la Perse (651). La conquête de l’Afrique de l’ouest s’acheva quant à elle à la fin du VIIe siècle. C’est au début du VIIIe siècle, en 711, que les expéditions traversèrent le détroit de Gibraltar (les montagnes de Târiq ibn Ziyâd) et dominèrent le royaume wisigoth d’Espagne. Vers 718-719, les expéditions franchirent les Pyrénées pour la première fois et bientôt Narbonne, puis Nîmes et Carcassonne tombèrent avant 725, même si elles furent stoppées à Toulouse en 721 parle duc Eudes d’Aquitaine. A partir de là, les expéditions vont être dirigées vers le Nord : Lyon, Autun ou encore la région de Poitiers.

II. La bataille de Poitiers : un évènement majeur ?

Si cette date de 732 est importante dans l’histoire des Francs, puisqu’elle a permis à Charles Martel de conforter sa popularité en Australie et en Neustrie afin de mettre en place une vaste entreprise idéologique lui permettant de s’imposer, avec le soutien de la papauté, comme le principal maître de l’Occident chrétien (naissance de la dynastie carolingienne), force est de constater qu’elle ne constitue pas un évènement majeur dans l’histoire arabo-musulmane.

Ainsi, on a souvent expliqué que cette bataille avait brisé l’essor conquérant de l’islam, mais constituait-elle pour les musulmans de cette époque un objectif d’expansion ? En effet, les motivations de ces expéditions n’étaient pas qu’idéologiques et religieuses, mais également économiques. On ignore ainsi si l’offensive arrêtée à Poitiers était une entreprise d’extension du territoire musulman ou bien une simple volonté de razzia opportuniste. A ce titre, il est intéressant de remarquer que cette bataille ne semble avoir bénéficier que d’un faible écho chez les chroniqueurs arabes.

Cette bataille est en réalité davantage un marqueur important de l’histoire de l’Occident et demeure un enjeu de mémoire fort en Europe. En conclusion, B. Dumézil explique que cette bataille marque moins l’échec de l’islam que l’essor de la dynastie carolingienne.

Résumé de l’article de Bruno Dumézil sur la bataille de Poitiers paru dans le n°32 d’octobre 2017 du magazine Histoire et civilisations.

 

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close