Les mosquées du dôme et Al Aqṣâ doivent-elle être détruites ?

Ibn Kathîr dit dans le livre Al Bidâyah wal Nihâyah (8/308-309) :

قال صاحب مرآت الزمان: وفيها ابتدأ عبد الملك بن مروان ببناء القبة على صخرة بيت المقدس وعمارة الجامع الاقصى، وكملت عمارته في سنة ثلاث وسبعين، وكان السبب في ذلك أن عبد الله بن الزبير كان قد استولى على مكة، وكان يخطب في أيام منى وعرفة، ومقام الناس بمكة، وينال من عبد الملك ويذكر مساوئ بني مروان، ويقول: إن النبي صلى الله عليه وسلم لعن الحكم وما نسل، وأنه طريد رسول الله صلى الله عليه وسلم ولعينه، وكان يدعو إلى نفسه، وكان فصيحا، فمال معظم أهل الشام إليه، وبلغ ذلك عبد الملك فمنع الناس من الحج فضجوا، فبنى القبة على الصخرة والجامع الاقصى ليشغلهم بذلك عن الحج ويستعطف قلوبهم، وكانوا يقفون عند الصخرة ويطوفون حولها كما يطوفون حول الكعبة.

« L’auteur de Mir’ât az Zamân a dit : « En cette année, ‘Abd al Malik ibn Marwân entama la construction du dôme sur le rocher de la maison sacrée (Bayt al Maqdis) et les constructions (l’architecture) de la mosquée Al Aqṣâ. Sa construction prit fin l’année 73. La cause de cela fut le fait que ‘Abdullah ibn Zubayr s’était emparé de la Mecque et effectuait le sermon durant les jours de Minâ et ‘Arafah et au cours de la station des gens à la Mecque. Il insultait (s’attaquait à) ‘Abd al Malik en mentionnant toutes les mauvaises actions des Banû Marwân. Il disait que le Prophète (paix sur lui) avait maudit Al Ḥakam et sa descendance, qu’il était l’expulsé du Messager et celui qu’il avait maudit. Il appelait à lui, il était éloquent. Les gens du Shâm, dans leur majorité, le suivirent. Cela parvint à ‘Abd al Malik qui interdit donc aux gens de se rendre au pèlerinage (Ḥajj), ce qu’ils contestèrent bruyamment. Il construisit alors le dôme (Al Qubah) sur le rocher et la mosquée Al Aqṣâ afin de les occuper (en les détournant du) Ḥajj et gagner leur cœur. Les gens s’arrêtaient auprès du rocher et faisaient la circumambulation (Ṭawâf) autour de lui comme ils le faisaient autour de la Ka’bah. »

Suite à ce récit, plusieurs hypothèses s’offrent à nous dont celles-ci :

  • Soit ce récit est rejeté et mensonger, et il faut définir les critères sur lesquels on se base pour le faire, sachant que cela entame la crédibilité de ce que rapporte Ibn Kathîr dans ses ouvrages d’un point de vue historique notamment.
  • Soit il est acceptable (Ṣaḥîḥ) et vient nuancer la narration attribuée au Prophète (paix sur lui) disant que « le meilleur des siècles est mon siècle puis celui qui vient après… » et son explication répandue, en plus de rendre caduque la prise en compte de la mosquée du dôme, voire celle d’Al Aqṣâ, puisqu’elles entreraient dans le cadre du Masjid Ḍirar en ayant été édifiées pour en faire des mobiles de rivalité, d’impiété et de division entre les croyants et ce, conformément à la parole d’Allah :

وَالَّذِينَ اتَّخَذُوا مَسْجِدًا ضِرَارًا وَكُفْرًا وَتَفْرِيقًا بَيْنَ الْمُؤْمِنِينَ وَإِرْصَادًا لِمَنْ حَارَبَ اللَّهَ وَرَسُولَهُ مِنْ قَبْلُ ۚ وَلَيَحْلِفُنَّ إِنْ أَرَدْنَا إِلَّا الْحُسْنَىٰ ۖ وَاللَّهُ يَشْهَدُ إِنَّهُمْ لَكَاذِبُونَ

« Ceux qui ont édifié une mosquée pour en faire [un mobile] de rivalité, d’impiété et de division entre les croyants, qui la préparent pour celui qui auparavant avait combattu Allah et Son Envoyé et jurent en disant: « Nous ne voulions que le bien! » [Ceux-là], Allah atteste qu’ils mentent. »

Note : Le mot « Masjid » dans le Coran ne fait pas nécessairement référence à un bâtiment, mais il indique l’endroit où l’on se prosterne tout simplement.

Qu’Allah nous permette de raisonner, de garder notre esprit critique et de comprendre que le travail des anciens doit être respecté et non sacralisé…

Équipe La voie du Ḥanîf

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close