Confusion entre les paroles d’un homme et celles du Prophète

Quand les Salaf confondent les paroles d’un homme et celle du Messager d’Allah ! 

Comme nous le constatons avec plusieurs publications maintenant, il est indispensable de garder notre esprit critique lorsque nous sommes confrontés à ce que rapportent certaines personnes comme étant des propos prophétiques, d’autant que déjà de leur vivant, certains Ṣaḥâbah comme ‘Alî, ‘Â`ishah ou ‘Umar furent craintifs et précautionneux vis-à-vis des propos que des personnes, même parmi les Compagnons, attribuaient au Prophète.

Quelle devrait alors être notre attitude des siècles plus tard, quand des individus affirment avoir rapporté des Ḥadîths prophétiques ? Sans entrer dans le débat de la chaîne de transmission (déjà abordé dans une autre publication), comment être sûr que le propos en question soit bien d’origine prophétique et qu’il ne s’agit pas d’une confusion ou d’une manipulation et ce, même si la personne est réputée pour sa dévotion ou sa science ? Voici donc ce qui pourra permettre d’alimenter notre réflexion et notre analyse critique :

Le Tâbi’î Busr Ibn Sa’îd a dit : « Craignez Allah ! Prenez garde quand il s’agit du Ḥadîth ! Par Allah, nous étions assis auprès du (Compagnon) Abû Hurayrah qui nous transmettait (les paroles) du Messager d’Allah (paix sur lui) mais également les paroles du (Tâbi’î) Ka’b al Aḥbâr [rabbin juif devenu musulman du temps de ‘Umar]. Puis, dès qu’il se levait, j’entendais certains de ceux qui étaient avec nous [des étudiants] présenter le Ḥadîth du Messager d’Allah comme étant une parole de Ka’b et les propos de Ka’b comme étant des Ḥadîths du Messager d’Allah. ! »[1]

Ainsi, il apparaît clairement que des mélanges ont été faits (volontairement ou non) entre ce que ce K’ab a dit et ce que le Prophète a dit. Ce brassage invraisemblable, mais finalement inévitable, explique qu’une grande quantité de Ḥadîths rapportés comme étant des paroles prophétiques, notamment d’après Abû Hurayrah, soient critiquables voire détestables car menant au Tajsîm (anthropomorphisme), au Tashbîh (ressemblance entre Allah et Ses créatures) et à ce qui n’est pas recevable. Ajoutons que ceci concerne le domaine le plus fondamental en islam, à savoir la ‘Aqîdah (dogme, croyance), que dire alors des mélanges, confusions et manipulations éventuelles et probables d’autres domaines de l’islam ?

Au niveau dogmatique, citons par l’exemple la parole suivante rapportée par Abû Hurayrah qui devrait nous servir d’exemple dans l’attention que l’on doit porter aux Ḥadîths attribués au Messager (paix sur lui). Abû Hurayrah a dit : « <Le meilleur des jours sur lequel s’est levé le soleil est le jour du Jumu’ah (vendredi). C’est le jour où fut créé Adam, le jour où il habita au Paradis et qu’il en fut expulsé et c’est le jour où l’Heure se lèvera.> (On) lui dit : <Est-ce que tu as entendu cela du Messager d’Allah ?> Il répondit : >C’est plutôt ce que nous avons rapporté de Ka’b al Aḥbâr.> »[2]

En conséquence, combien de contemporains d’Abû Hurayrah ont pu l’entendre évoquer ce propos et d’autres et considérer naïvement qu’il s’agissait de paroles prophétiques étant donné qu’elles étaient prononcées par un Compagnon du Messager et ce, alors qu’il n’en fut rien et qu’il s’agissait de paroles judéo-chrétiennes ?

Quand on sait qu’Abû Hurayrah est celui qui est considéré, dans le sunnisme, pour avoir rapporté le plus de Ḥadîths (même s’il ne les a pas tous entendus de la bouche du Prophète), n’y a-t-il pas de quoi s’interroger ?

Quand on sait que le nombre de Ḥadîths rapportés par Abû Hurayrah frôle les 5400 (avec les redites), à savoir quasiment autant que ceux de ‘Â`ishah, Anas Ibn Mâlik, Abû Bakr, ‘Umar, ‘Alî et ‘Abdullah Ibn ‘Amr Ibn al ‘Âs cumulés, six fois plus qu’Ibn Mas’ûd et près de trois fois plus qu’Ibn ‘Umar, ne faut-il pas se questionner ? D’ailleurs, Al Bukhârî rapporte dans « Kitab al ‘Ilm » que Wahb Ibn Munabbih a dit : « J’ai entendu Abû Hurayrah dire : <Parmi les Ṣaḥâbah, personne n’a rapporté autant de Ḥadîths que moi, à l’exception de ‘Abdullah Ibn ‘Amr qui les mettait par écrit, alors que je ne le faisais pas.> » Mais on sait au final que le nombre de Ḥadîths d’Ibn ‘Amr est inférieur à celui d’Abu Hurayrah, l’une des causes étant son intérêt pour les ouvrages des Gens du Livre qui démotiva les gens à solliciter sa science… sachant, paradoxalement, qu’Abu Hurayrah était également connu pour son attrait pour les récits des Gens du Livre…

Ceci ne doit-il pas nous interpeler quand on apprend que le calife ‘Umar menaça d’expulsion Ka’b al Aḥbâr mais également Abû Hurayrah à propos de leurs transmissions de Ḥadîths en disant, d’après une chaîne de transmission considérée comme « sûre » :

A Ka’b :

« Délaisse le Ḥadîth ou je te ferai rejoindre la terre des singes[3] (c’est-à-dire les juifs) ! […]. »[4]

A Abû Hurayrah :

« Délaisse le Ḥadîth que tu rapportes selon le Messager d’Allah (paix sur lui) ou je te ferai rejoindre (expulserai) la terre de Daws (sa tribu au Yémen). »[4]

Qu’Allah nous permette de comprendre.

Equipe Al Amânah

******

[1] Siyar A’lâm an Nubalâ (2/606). Le Ḥadîth se trouve également chez Ibn Kathîr (Al Bidâyah 8/109) selon la voie de l’Imâm Muslim, selon Ad Dârmî, selon Marwân Ibn Muḥammad ad Dimashqî, selon Al Layth Ibn Sa’d, selon Bukayr Ibn al Ashajî, selon Busr. Cette chaîne est authentique chez les savants du Ḥadîth.

في سير أعلام النبلاء ( 2/606) قال بسر بن سعيد: « اتقوا الله، وتحفظوا من الحديث ; فوالله لقد رأيتنا نجالس أبا هريرة; فيحدث عن رسول الله، ويحدثنا عن كعب، ثم يقوم; فأسمع بعض من كان معنا يجعل حديث رسول الله عن كعب ويجعل حديث كعب عن رسول الله! » اهـ والحديث عند ابن كثير  » البداية  » 8/109 من طريق الإمام مسلم عن الدارمي عن مروان بن محمد الدمشقي عن الليث بن سعد،عن بكير بن الاشج عن بسر. وهذا السند صحيح عند أهل الحديث.

[2] Ṣaḥîḥ Ibn Khuzaymah (3/115/1728) :

وجدت في صحيح ابن خزيمة قال ان محمد بن يحيى حدثنا قال نا محمد بن يوسف ثنا الأوزاعي عن يحيى عن أبي سلمة عن أبي هريرة خير يوم طلعت فيه الشمس يوم الجمعة فيه خلق آدم وفيه أسكن الجنة وفيه أخرج منها وفيه تقوم الساعةقال قلت له أشيء سمعته من رسول الله صلى الله عليه وسلم قال بل شيء حدثناه كعب وهكذا رواه أبان بن يزيد العطار وشيبان بن عبد الرحمن النحوي عن يحيى بن أبي كثير…3/115/1728

[3] Allusion à la parole d’Allah (Coran Al A’râf 7/166): كُونُواْ قِرَدَةً خَاسِئِينَ – « Soyez des singes abjects. »

[4] Târîkh Abû Zur’ah (1/544) :

إسناده صحيح

خرَّجه أبو زرعة الدمشقيُّ في  » تاريخه  » [ص /544] ، قال : حدثني محمد بن زرعة الرعيني قال: حدثنا مروان بن محمد قال: حدثنا سعيد بن عبد العزيز عن إسماعيل بن عبيد الله عن السائب بن يزيد قال: سمعت عمر بن الخطاب يقول لأبي هريرة: لتتركن الحديث عن رسول الله صلى الله عليه وسلم أو لألحقنك بأرض دوس. وقال لكعب: لتتركن الأحاديث، أو لألحقنك بأرض القردة.

Al Bidâyah wan Nihâyah d’Ibn Kathîr (8/206), Siyar A’lâm an Nubalâ` (2/433).

 

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close