D’où viennent les « 5 piliers de l’islam » (Arkân al Islâm) ?

Quelle est l’origine des 5 piliers de l’islam ?

Il convient de dire en préambule que l’objectif de cet article n’est pas de discuter l’obligation pour un musulman d’effectuer la prière, de donner la Zakât ou autres ni même de nier l’évidence que le Coran évoque ces divers actes d’adoration. En revanche, l’objectif est de savoir si ce qu’on nous a présenté comme étant les piliers de l’islam, les principales actions, les fondements d’un mode de vie islamique, ce sur quoi reposait prioritairement la religion d’Allah ou encore ce qu’une personne embrassant l’islam doit absolument accepter constituent véritablement des piliers dans le Coran puis dans le reste des Ḥadîths attribués au Prophète.

Aussi, pour traiter le sujet, nous avons traduit un article d’un chercheur musulman du nom de Ḥasan ibn Farḥân al Mâlikî que nous vous proposons ci-après avec quelques remaniements syntaxiques légers.

 Les 5 piliers de l’islam par Ḥasan ibn Farḥân al Mâlikî

Avant d’aborder la question des piliers (Arkân) de l’islam selon le Coran et ceux d’après le Ḥadîth, une question se pose : De quelle source tirons-nous ce qu’on appelle les « piliers de l’islam » ?

La réponse est que nous les tirons du Ḥadîth connu : « L’islam repose sur cinq chose… » et personne ne serait capable de dire que nous les avons pris du noble Coran. La question qui se pose dès lors est de savoir si les piliers (de l’islam) en question sont présents dans le Coran ? Si le mot « pilier » (Rukn) se trouve dans le Coran avec ce sens-là ? Et s’il se trouve dans le Ḥadîth avec ce sens-là également ? Or, à ceci, la réponse est non.

Certains seraient alors tentés de dire qu’Allah a certes ordonné la Ṣalât (prière) et le Ṣawm (jeûne) dans le Coran et ceci est vrai. Mais Allah a également ordonné la sincérité (Ṣidq), la justice et l’équité (‘Adl) et autres (comme le fait de remplir ses engagements, d’être tolérant, d’être modeste, de garder le juste milieu, d’être bienfaisant, d’aider les nécessiteux…) Pourquoi, dès lors, ceux-ci feraient parties des piliers de l’islam et ceux-là n’en feraient pas partie ?

Est-ce que dans le Livre d’Allah, par exemple, la justice serait plus importante ou bien serait-ce la prière ? Si la justice est plus importante que la prière comment cette dernière pourrait-elle faire partie des piliers de l’islam sans que la justice n’en fasse partie ?

 A cela, certains rétorqueront que c’est lié à ce que l’on trouve dans le Ḥadîth auquel nous avons fait allusion précédemment, mais nous mettrons également en avant une recherche dans le Ḥadîth et nous découvrirons la grande divergence présente quant à la détermination des « piliers (Arkân) de l’islam ».

Ceci dit, débutons déjà par le Coran et que personne ne se précipite en disant : « Tu nies la Sunnah ! » car ceci est un argument nul. Nous prenons du Coran en premier lieu, puis de ce qui lui ressemble parmi la Sunnah, car Allah a informé concernant Son prophète qu’Il ne le contredirait pas. Il n’est donc pas possible que les priorités du Coran ne soient pas celles de la Sunnah. Ce qui est considérable chez Allah se doit forcément de l’être chez Son Messager. Il n’est pas possible qu’Allah et Son Messager divergent (qui plus est sur ce point). Ils sont en accord ! Toute l’affaire revient à Allah, la religion est toute entière à Allah, et c’est Son Livre que l’on suit obligatoirement. Le Prophète est un serviteur d’Allah suivant également Son Livre (et il ne s’en écarte pas). Sa mission consiste à suivre (ce qui est révélé), puis à le transmettre clairement. Ne cherchons donc pas à diviser les deux.

Cette introduction indiscutable ne peut pas ébranler le cœur du musulman, car il n’est pas envisageable de dire qu’Allah et Son Messager divergent dans la religion ou qu’Allah donnerait une très grande importance a des éléments alors que le Prophète en donnerait une à d’autres différents de ceux de Son Seigneur…

A partir de ce principe, indiscutable, textuelle, rationnelle, nous pouvons rechercher, sinon nous resterons aveugles et nous ne connaîtrons pas la religion. En effet, le fait de scinder Allah et Son Messager (quant à leurs objectifs) fait partie des signes des « véritables dénégateurs »(Al Kâfirûn Ḥaqq) :

إِنَّ الَّذِينَ يَكْفُرُونَ بِاللَّهِ وَرُسُلِهِ وَيُرِيدُونَ أَنْ يُفَرِّقُوا بَيْنَ اللَّهِ وَرُسُلِهِ وَيَقُولُونَ نُؤْمِنُ بِبَعْضٍ وَنَكْفُرُ بِبَعْضٍ وَيُرِيدُونَ أَنْ يَتَّخِذُوا بَيْنَ ذَٰلِكَ سَبِيلًا ـ أُولَٰئِكَ هُمُ الْكَافِرُونَ حَقًّا ۚ وَأَعْتَدْنَا لِلْكَافِرِينَ عَذَابًا مُهِينًا

« Ceux qui ne croient pas en Allah et en Ses messagers, et qui veulent faire distinction entre Allah et Ses messagers et qui disent : « Nous croyons en certains d’entre eux mais ne croyons pas en d’autres », et qui veulent prendre un chemin intermédiaire, ¤ les voilà les vrais Kâfirûn (dénégateurs) ! Et Nous avons préparé pour les dénégateurs un châtiment avilissant. » (An Nisâ, 4/150-151)

Ces versets de la sourate An Nisâ sont les seuls passages dans lesquels Allah a mentionné les mots « Kâfirûn (dénégateurs) véritables » et ils sont différents des autres dénégateurs (Kuffâr)… Ceux-là sont véritables. Pourquoi ? Car ils rassemblèrent des allégations sur l’islam et les utilisèrent à des fins personnelles (pour appuyer ce qui les arrange), ils prirent un chemin intermédiaire (Madhhab) au moyen de la distinction entre Allah et Son Messager. Ils commirent un crime par cela et ceci constitue du Kufr professionnel. Cette distinction entre Allah et Son Messager produit des musulmans qui vénèrent les plus grandes immoralités et qui persuaderont leurs suiveurs que cela est pour Allah, à l’instar du mensonge sur Allah, du meurtre, de la falsification, de l’injustice et autres.

Donc nous essaierons de ne pas faire de distinction entre Allah et Son Messager, contrairement à ce que font beaucoup de gens, et nous débuterons par le Coran en premier lieu, car c’est lui que nous devons suivre obligatoirement jusqu’à ce que cela soit même rendu obligatoire au Prophète lui-même. Le sujet n’est pas spécifique aux obligations et aux interdits, mais leur classement dépend du classement d’Allah. Le fait pour les gens d’établir la justice, d’après le Coran, est plus important que la Ṣalât et la preuve de cela est la parole d’Allah :

لَقَدْ أَرْسَلْنَا رُسُلَنَا بِالْبَيِّنَاتِ وَأَنْزَلْنَا مَعَهُمُ الْكِتَابَ وَالْمِيزَانَ لِيَقُومَ النَّاسُ بِالْقِسْطِ ۖ وَأَنْزَلْنَا الْحَدِيدَ فِيهِ بَأْسٌ شَدِيدٌ وَمَنَافِعُ لِلنَّاسِ وَلِيَعْلَمَ اللَّهُ مَنْ يَنْصُرُهُ وَرُسُلَهُ بِالْغَيْبِ ۚ إِنَّ اللَّهَ قَوِيٌّ عَزِيزٌ

« Nous avons effectivement envoyé Nos Messagers avec des preuves évidentes, et fait descendre avec eux le Livre et la balance, afin que les gens établissent la justice. Et Nous avons fait descendre le fer, dans lequel il y a une force redoutable, aussi bien que des utilités pour les gens, et pour qu’Allah reconnaisse qui, dans l’Invisible, défendra Sa cause et celle de Ses Messagers. Certes, Allah est Fort et Puissant. » (Al Ḥadîd, 57/25)

Citez donc un verset qui donne à la Ṣalât, au Ṣawm ou au Ḥajj ce haut degré d’établir la justice ? Existe-t-il un verset mentionnant que la cause de l’envoi des Messagers serait la Ṣalât par exemple ? Il n’y a pas de tel verset.

Nous pouvons donc classer les choses nécessaires (al Wâjibât) et les obligations coranique – via des indices spécifiques – jusqu’à ce que la religion devienne toute entière à Allah et il n’est pas permis de prendre les termes du Coran et ses enseignements afin de les classer comme bon nous semble…

Ainsi, nous examinerons (les piliers de l’islam dans le Ḥadîth) et nous invaliderons le fait qu’ils soient des « piliers » dans le Ḥadîth, puis nous déterminerons les piliers de l’islam du noble Coran et ce, tout en gardant la terminologie de « piliers de l’islam », bien que cette appellation ne soit en vérité ni coranique ni hadithique. Il s’agit plutôt d’une dénomination patrimoniale seulement ! Mais les gens du commun ne savent pas cela.

Après avoir tardé à achever cette introduction, le sujet étant grand et difficile, la question est la suivante :

إذا كانت كلمة (أركان الإسلام) قد سيطرت على الأذهان والعقول والعلماء والعامة، فمن أين أتت؟

Si les termes « piliers de l’islam » (Arkân al Islâm) ont dominé les esprits, les raisons, les savants et les gens du commun, alors d’où proviennent-ils ?

Ils n’ont en fait aucun fondement, ni dans le Coran ni dans la Sunnah, mais il s’agit d’une appellation technique donnée par certains savants du Ḥadîth à partir du Ḥadîth attribué à Ibn ‘Umar seulement. D’ailleurs, certains salafistes le reconnurent à l’instar du ministre des affaires islamiques actuel, Ṣâliḥ Âli ash Shaykh qui a dit :

في شرح العقيدة الطحاوية (1 / 428) [المسألة الأولى]: أنَّ هذه الستة يُعَبَّرُ عنها بالأركان، وكلمة (الأركان) سواءً أركان الإسلام أو أركان الإيمان أو غير ذلك هي تسمية اصطلاحية، لم يأتِ بها الدّليل أنَّ هذا ركن. اهـ

« Dans le commentaire de la ‘Aqîdah at Ṭaḥâwiyyah (1/428) – [première question] : « ces six (choses-là) sont présentées comment étant des piliers (Arkân). Or, le terme « piliers » (Arkân), qu’il s’agisse des « piliers de l’islam », des « piliers de la foi » ou autres, sont des termes techniques. Aucune preuve les concernant n’est parvenue quant au fait qu’ils soient des piliers. » Fdc

Que les appellations ne vous effraient pas, les Ahl al Ḥadîth (savants du Ḥadîth) ont commis une erreur dans l’appellation et ceci est plutôt le nom donné par certains d’entre eux seulement. En effet, les titres donnés dans les chapitres de certains savants du Ḥadîth et du Fiqh parmi les prédécesseurs, comme Mâlik, Al Bukhârî et leurs semblables, n’étaient pas « chapitre des piliers (Arkân) de l’islam ». Al Bukhârî par exemple donna comme titre dans son Ṣaḥîḥ « chapitre de l’islam » (formule résumée de plusieurs chapitres) et il mentionna beaucoup de mérites, dont ces cinq (« piliers ») ci… Mais l’imitation dans le suivi aveugle (Taqlîd) est facile pour les gens.

C’est pour cela qu’il y a là de grands problèmes concernant « les piliers de l’islam dans le Ḥadîth », car ils se sont appuyés sur une formulation (Lafẓ) parmi les formules existantes du Ḥadîth d’Ibn ‘Umar et ils ont délaissé les autres formules dans lesquelles il y a des retraits et des ajouts. Or, celui qui cherche la définition précise des piliers de l’islam à partir du Ḥadîth trouvera que pour chaque Ṣaḥâbî il y a des « piliers » différents de ce qu’on trouve chez d’autres.

Pire, on rapporte d’Ibn ‘Umar lui-même trois formulations différentes concernant les « piliers de l’islam » : tantôt il s’agit de cinq piliers, tantôt de huit piliers, une autre fois de six piliers (avec la suppression de la Shahâdah !) et toutes possèdent des chaînes de transmission authentiques !

 Mais les Ahl al Ḥadîth n’informent pas la masse et demeurent ainsi, imitateurs de leurs prédécesseurs… C’est pour cela que jusqu’à ce que l’on retourne vers le Coran afin de définir à partir de lui les jalons de la religion, il est nécessaire de fermer la porte du Ḥadîth par la recherche. Les gens pensent que nous ignorons le Ḥadîth et ils s’imaginent que dans ce dernier se trouverait la clarification suffisante et le résumé de la religion toute entière. Mais ceci résulte (en vérité) de la paresse des chercheurs et des savants.

Et avant même que des fripouilles affirment que nous nions les « piliers de l’islam », nous leur disons que ce qu’ils nomment « piliers (Arkân) de l’islam » comme étant des obligations et une législation indiscutable n’est pas notre sujet. En vérité, la discussion se trouve ailleurs, le propos se trouve dans l’appellation même de ces piliers. Ainsi, qui leur a dit que ces « cinq choses-ci » étaient plus importantes que d’autres ? Sont-ils revenus vers le Coran pour s’en assurer ? Le Livre d’Allah n’est-il pas la première source (à explorer) ? Ont-ils (véritablement) cherché dans la Sunnah et remarquez les divergences sur cette thématique ? Certes non !

Critiques du Ḥadîth sur les 5 piliers de l’islam d’après Ibn ‘Umar

Premier défaut : Les islams (islâmât) d’Ibn ‘Umar sont trois, c’est-à-dire ceux qu’on a authentifié selon lui (et à propos desquels on a rapporté des « piliers » différents :

  1. Le premier islam d’Ibn ‘Umar est l’islam qui possède les cinq piliers connus :

بُنِيَ الإِسْلَامُ عَلَى خَمْسٍ: شَهَادَةِ أَنْ لَا إِلَهَ إِلَّا اللَّهُ وَأَنَّ مُحَمَّدًا رَسُولُ اللَّهِ، وَإِقَامِ الصَّلَاةِ، وَإِيتَاءِ الزَّكَاةِ، وَالحَجِّ، وَصَوْمِ رَمَضَانَ

« L’islam a été construit sur cinq : l’attestation qu’il n’y a de Dieu que Dieu et que Muhammad est le Messager de Dieu, la prière, la Zakâh, le Ḥajj et le jeûne du mois de Ramaḍân. »

Il se trouve dans le recueil de Muslim, mais Al Bukhârî l’a évité.

  1. Le deuxième islam d’Ibn ‘Umar contient huit piliers et sa chaîne est authentique. Il se trouve dans le Ṣaḥîḥ d’Ibn Ḥibbân (1/397) – ainsi que dans les Sunan d’Ad Dâraquṭnî et d’autres – avec la même chaîne que Muslim, par de la voie Yaḥyâ ibn Ya’mar, selon Ibn ‘Umar qui rapporte que le Prophète aurait dit que l’islam est :

1- أن تشهد أن لا إله إلا الله وأن محمدا رسول الله

2- وأن تقيم الصلاة

3- وتؤتي الزكاة

4- وتحج

5- وتعتمر

6- وتغتسل من الجنابة

7- وأن تتم الوضوء

8- وتصوم رمضان

قال: فإذا فعلت ذلك فأنا مسلم؟

قال: نعم. اهـ

  • Que tu attestes qu’il n’y nulle divinité en dehors d’Allah et que Muḥammad est le Messager d’Allah
  • Que tu accomplisses la Ṣalât,
  • Que tu donnes la Zakât,
  • Que tu fasses le Ḥajj,
  • Que tu fasses la ‘Umra,
  • Que tu effectues les grandes ablutions (Ghusl) pour la Janâbah (pollution majeure),
  • Que tu soignes (parfaire) les ablution (Wuḍû),
  • Que tu jeûnes le mois de Ramaḍân.

Il a dit : “Si je fais cela suis-je un musulman ?” Il répondit : “Oui.” » Fdc

Le vérificateur Shu’ayb al Arnâ’ût a dit que sa chaîne est authentique.

  1. Le troisième islam d’Ibn ‘Umar supprime les deux Shahâdah et incorpore le lavage majeur (Ghusl) de la Janâbah. Il fait partie des narrations du Shaykh de Muslim (Abû Bakr ibn Abî Shaybah, par la même voie, dans son Muṣannaf, 7/227) selon Ibn ‘Umar. Sa formule est élevée jusqu’au prophète (Marfû’) :

…تقيم الصلاة وتؤتي الزكاة وتصوم رمضان وتحج البيت وتغتسل من الجنابة

« …que tu accomplisses la salât, tu donnes la Zakât, tu jeûne le mois de Ramaḍân, tu accomplisses le Ḥajj dans la maison et que tu te laves (al Ghusl) de la Janâbah. »

Le deuxième défaut est que Muslim a transmis le Ḥadîth des « cinq piliers », mais Al Bukhârî a évité ce Ḥadîth par la voie de Yaḥyâ ibn Ma’mar, selon Ibn ‘Umar. Al Bukhârî l’a rapporté selon ‘Ibn Umar mais par une autre voie.

Muslim a indiqué la divergence dans les formules selon d’autres de ses Shuyûkh, mais il n’a pas cité les textes (Mutun) en question. Il l’a rapporté d’un autre Shaykh et a dit : « Il contient certains ajouts et diminutions de lettres ». Puis il l’a rapporté d’un deuxième, puis d’un troisième Shaykh et a précisé à chaque fois la même chose en résumé. Mais les gens aiment le repos et le Taqlîd (suivisme). Ils se contentent de paroles résumées et ce, même s’il s’agit d’une seule formule parmi plusieurs, tout en délaissant le noble Coran également.

Troisième défaut : Il est possible que le Ḥadîth d’Ibn ‘Umar soit une de ses propres paroles uniquement et non une parole du Prophète ! Il s’agirait donc d’un Hadîth Mawqûf (arrêté au Ṣaḥâbî) et non d’un Ḥadîth Marfû’ (élevé jusqu’au Prophète). Le Ḥadîth a été rapporté selon Ibn ‘Umar de façon Mawqûf. Al Bukhârî l’a rapporté dans son Ṣaḥîḥ (4/1641) selon ‘Ubaydullah, selon Nâfi’, selon Ibn ‘Umar de façon Mawqûf en disant :

أن رجلا أتى ابن عمر فقال يا أبا عبد الرحمن ما حملك على أن تحج وتعتمر عاما وتترك الجهاد في سبيل الله؟ قال (ابن عمر) :(يا ابن أخي بني الإسلام على خمس إيمان بالله ورسوله والصلاة الخمس وصيام رمضان وأداء الزكاة وحج البيت

« Un homme est venu à Ibn ‘Umar et a dit : Ô Abû ‘Abd ar Raḥmân, qu’est-ce qui t’as amené à faire le Ḥajj et la ‘Umrah une année et a délaissé le Jihâd sur le sentier d’Allah ? » Ibn ‘Umar répondit : « Ô fils de mon frère, l’islam est construit sur cinq : la foi en Allah et Son Messager, les cinq Ṣalât, le jeûne du mois de Ramaḍân, l’acquittement de la Zakât et le pèlerinage à la maison ! » fdc résumée !

Et cela est la parole d’Ibn ‘Umar (non celle du Prophète).

En somme, il se peut que le Ḥadîth puisse être dans son ensemble une parole d’Ibn ‘Umar et son Ijtihâd personnel. Certains d’entre eux l’ont imputé – par erreur ou à cause d’une longue période écoulée – au Prophète directement et il y a une grande différence entre les deux. Le Ḥadîth du Prophète est une législation (selon l’auteur du texte) quant aux paroles des Ṣaḥâbah elles ne sont nullement une législation. Remarquez comment la Ummah a suivi un Ḥadîth douteux quant à sa source et a délaissé dans le même temps le Coran dans son entièreté !?

Ajoutons qu’il n’y a pas qu’Al Bukhârî qui a rapporté le Ḥadîth de façon Mawqûf – sachant qu’il l’a rapporté de façon Marfû’ également – mais le Shaykh d’Al Bukhârî et Muslim, Abû Bakr ibn Abî Shaybah, l’a rapporté par une autre voie de façon Mawqûf. Dans le Muṣannaf d’Ibn Abî Shaybah (4/600) on trouve la parole suivante, par la voie d’As Saksakî, dans laquelle Ibn ‘Umar a dit :

ويلك إن الايمان بني على خمس… الحديث

« Malheur à toi, la foi (et non l’islam) est construite sur cinq choses… »

Ibn Abî Shaybah l’a rapporté dans son Muṣannaf (7/228) par la voie d’Al Ḥawâry, selon Ibn ‘Umar de façon Mawqûf également :

إن عرى الدين وقوامه الصلاة والزكاة…

« Les nœuds de la religion et ses bases sont la Ṣalât, la Zakât, (etc). »

De plus, la question des « piliers » de l’islam a été rapportée par un groupe de Ṣaḥâbah avec différentes formules. Chaque Ṣaḥâbî rapporta selon lui plusieurs éléments que l’on peut nommer « piliers de l’islam » – selon les termes techniques de certains –  tel que l’acte d’allégeance sur l’islam (al Bay’ah ‘alâ al islâm) ou encore le fait que « le musulman soit celui qui met autrui à l’abri de sa langue et de sa main les autres musulmans » – المسلم من سلم المسلمون من لسته ويده. Il y a parmi eux ceux qui ont abondé dans les qualités de l’islam et d’autres qui ont fait moins…

Les qualités de l’islam ont été rapportées par plus de 30 Ṣaḥâbah (Compagnons). Chaque Ṣaḥâbî rapporta des qualités (piliers) qui concordaient ou divergeaient d’avec d’autres et parfois la narration est différente selon un seul Ṣaḥâbî… Nous avons donc plus de 30 islams différents conformément à ce que chacun a rapporté à propos de ce qu’est l’islam (selon lui). Précédemment nous avons exposé « les islams d’Ibn ‘Umar » seulement, sachant que les narrations varient entre le Mawqûf et le Marfû’ et qu’il y a des différences dans les piliers, ceux-ci allant de huit à cinq en passant par la suppression de certains (comme la Shahâdah) ou l’adjonction d’autres (comme le Ghusl).

Mais en vérité, il y a encore de nombreux autres « islams » (dans le sens d’une même religion reposant sur des piliers différents selon les narrations) :

  1. L’islam de Jâbir ibn Abdillah : un seul pilier.
  2. Les islams d’Abû Hurayrah : divers piliers.
  3. L’islam d’Abû Sa’îd al Khudrî : trois cent quinze (315) piliers !
  4. L’islam de ‘Umar d’après une voie Marfû’ (élevé jusqu’au Prophète), cinq piliers, et par une voie Mawqûf (arrêtée à lui), quatre piliers qui divergent des cinq autres.
  5. L’islam de Ṭalḥah ibn ‘Ubaydillah : trois piliers.
  6. Les islams de Anas ibn Mâlik : divers piliers.
  7. L’islam de ‘Ubâdah ibn Ṣâmit : dix piliers (ce Ḥadîth est le plus concordant avec le Coran et se trouve dans les deux authentiques, mais il est délaissé).
  8. Les islams d’Abû Dhâr : dans une version, un seul pilier, et dans une autre, divers piliers (selon les transmetteurs).
  9. L’islam d’Ibn ‘Abbâs : cinq piliers, les cinq connus. Le Ḥadîth de Banû ‘Abdu Qays qui est dans le Ṣaḥîḥ.
  10. L’islam de son père Al ‘Abbâs : trois piliers.
  11. Les islams de ‘Abdullah ibn ‘Amr ibn al ‘Âṣ.
  12. L’islam de Sufyân ibn ‘Abdillah ath Thaqafî : deux piliers qui concordent le plus avec le Coran (قل آمنت بالله ثم استقم – « Dis : Je crois en Allah puis reste constant »)
  13. L’islam de Ḥudhayfah ibn al Yamân : l’islam est huit parties.
  14. L’islam d’Ibn Mas’ûd : un seul pilier.
  15. L’islam de Bahz ibn Ḥâkim, selon son père, selon son grand-père : cinq piliers avec une formule différente de celle d’Ibn ‘Umar.
  16. L’islam de Ḥârith al Ash’arî : cinq piliers (distincts).
  17. Les islams d’Al ‘Abbâs, Thawbân et Abu Sa’îd : trois piliers.
  18. L’islam d’Umaymah bin Raqîqah : six piliers… Et ainsi de suite.

Pourquoi donc, si nous avons tant de versions différentes, a-t-on adopté une seule formule parmi les islams d’Ibn Umar !?

En effet, la question se pose, surtout quand on s’aperçoit que certains de ces islams rapportés textuellement sont plus proches du Coran que d’autres. J’ai comme avis que l’islam qu’a transmis ‘Ubâdah ibn as Ṣâmit, et qui se trouve dans les deux Ṣaḥîḥ, est préférable au Ḥadîth d’Ibn ‘Umar. Le Ḥadîth de ‘Ubâdah contient l’acte d’allégeance à l’islam (Bay’ah al islâm), il est donc forcément nécessaire que se trouve dans l’acte d’allégeance de l’islam la mention des plus importantes qualités (requises) de cette religion. Il mentionna d’ailleurs parmi elles :

تُبايعوني على ألا تُشركُوا بالله شيئًا ولا تَسْرِقوا ولا تَزْنُوا ولا تَقتُلوا النُّفْسَ الَّتي حرَّمَ الله إلا بالحقِّ…

« Faîtes-moi acte allégeance que vous n’associerez rien à Allah, ne volerez pas, ne commettrez pas l’adultère, et que, sauf en droit, ne tuerez pas l’âme qu’Allah a rendu sacrée… »

Et dans une version :

ولا تَقْتُلوا أولادكم ولا تأتوا ببهتان تَفترونه بين أيديكم وأرجلكم ولا تَعصوني في معروف

« … que vous ne tuerez pas vos enfants, ne commettrez pas d’infamie ni avec vos mains ni avec vos pieds, et ne le désobéirez pas dans le convenable… »

Et parmi les versions, il y a celle se trouvant dans les deux recueils Ṣaḥîḥ selon ‘Ubâdah :

وعلى أن نقول بالحق أينما كُنّا لا نخافُ في الله لَوْمَةَ لائم

« …et que nous disions la vérité partout où nous serons et que nous ne craignions pour Allah aucun reproche d’un réprobateur. »

Les « piliers de l’islam » de ‘Ubâdah sont préférables et concordent davantage avec texte coranique. Ils ressemblent à la parole d’Allah :

(قُلْ تَعَالَوْا أَتْلُ مَا حَرَّمَ رَبُّكُمْ عَلَيْكُمْ ۖ أَلَّا تُشْرِكُوا بِهِ شَيْئًا ۖ وَبِالْوَالِدَيْنِ إِحْسَانًا ۖ وَلَا تَقْتُلُوا أَوْلَادَكُمْ مِنْ إِمْلَاقٍ ۖ نَحْنُ نَرْزُقُكُمْ وَإِيَّاهُمْ ۖ وَلَا تَقْرَبُوا الْفَوَاحِشَ مَا ظَهَرَ مِنْهَا وَمَا بَطَنَ ۖ وَلَا تَقْتُلُوا النَّفْسَ الَّتِي حَرَّمَ اللَّهُ إِلَّا بِالْحَقِّ ۚ ذَٰلِكُمْ وَصَّاكُمْ بِهِ لَعَلَّكُمْ تَعْقِلُونَ)

« Dis : « Venez, je vais réciter ce que votre Seigneur vous a interdit : ne Lui associez rien ; et soyez bienfaisants envers vos père et mère. Ne tuez pas vos enfants pour cause de pauvreté. Nous vous nourrissons tout comme eux. N’approchez pas des turpitudes ouvertement, ou en cachette. Ne tuez qu’en toute justice la vie qu’Allah a fait sacrée. Voilà ce qu'[Allah] vous a recommandé de faire ; peut-être comprendrez-vous. » [Sourate Al-An’am 151]

(وَأَنَّ هَٰذَا صِرَاطِي مُسْتَقِيمًا فَاتَّبِعُوهُ ۖ وَلَا تَتَّبِعُوا السُّبُلَ فَتَفَرَّقَ بِكُمْ عَنْ سَبِيلِهِ ۚ ذَٰلِكُمْ وَصَّاكُمْ بِهِ لَعَلَّكُمْ تَتَّقُونَ)

« Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc ; et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie.» Voilà ce qu’Il vous enjoint. Ainsi atteindrez-vous la piété.» [Sourate Al-An’am 153]

Le Ḥadîth de ‘Ubâdah ne vous rappelle pas cela… ? Le Ḥadîth de Ubâdah ibn as Ṣâmit contient les principes essentiels du droit (ceux de la justice) que ni les gens de pouvoir ni leurs prêcheurs n’aiment. C’est pour cela qu’ils choisirent le Ḥadîth d’Ibn ‘Umar.

S’il n’y avait dans le Ḥadîth de ‘Ubâdah ibn as Ṣâmit que sa parole…

وعلى أن نقول بالحق أينما كُنّا لا نخافُ في الله لَوْمَةَ لائم

« …et de dire la vérité partout où nous sommes et de n’y craindre de reproche d’aucun réprobateur. »

…et que le Prophète n’ait pris d’eux que cet engagement cela aurait suffi. Ensuite, rappelons que ‘Ubâdah ibn as Ṣâmit est meilleur (en rang) qu’Ibn ‘Umar et plus savant que lui. Il a assisté à Badr et à toutes les batailles. Quant à Ibn ‘Umar, il était un enfant et sa première campagne fut Al Ḥudaybiyyah et on a dit qu’il a assisté à la bataille des fossés en étant enfant. (Nous précisons cela) si toutefois il était obligatoire de choisir les piliers de l’islam à partir du Ḥadîth – sachant que concernant le propos d’après ‘Ubâdah ibn as Ṣâmit, personne ne diverge sur son caractère Marfû’ (attribué au Prophète), alors que le Ḥadîth d’Ibn ‘Umar est contestable à ce niveau. Mais les Ahl al Ḥadîth étaient dans l’ensemble sur la voie d’Ibn ‘Umar dans la compromission avec Mu’âwiyah et Yazid et ce, alors que ‘Ubâdah ibn as Ṣâmit était extrêmement dur envers Mu’âwiyah et l’accusait (publiquement). On a donc « mis de côté » son Ḥadîth (pour des raison politique en premier lieu).

La majorité des Ahl al Ḥadîth ne regardent même pas le statut de Ṣaḥâbî, à savoir s’il fait partie des premiers prédécesseurs ayant soutenu le Messager d’Allah (paix sur lui), mais ils préfèrent regarder sa position vis-à-vis de Mu’âwiyah (était-il conciliant ou non ?) et c’est pour cela qu’ils ont contraint la Ummah aux piliers de l’islam qu’a mentionné Ibn ‘Umar tout en délaissant ceux qui étaient supérieurs à lui, à l’instar de l’Imâm ‘Alî, de ‘Ubâdah ibn As Ṣâmit et pareils à eux,  mais avant tout, ils délaissèrent le Coran.

Les gens du Ḥadîth sont religieux, mais font preuve d’une certaine insouciance… Ils ne sont pas un argument contre le Ḥadîth lui-même, de surcroit le Coran, mais ils ne possèdent pas le droit de rendre plus célèbre le Ḥadîth d’Ibn Umar tout en nous faisant oublier le Ḥadîth de ‘Ubâdah. Si nous nous mettons d’accord sur le fait de mettre le Coran de côté, alors le Ḥadîth de ‘Ubâdah ibn as Ṣâmit est préférable au Ḥadîth d’Ibn ‘Umar dans la définition précise des qualités de l’islam et ce, sachant qu’il se trouve dans les deux Ṣaḥîḥ. Pourquoi donc ne le prendrions-nous pas en référence !? En effet, le Ḥadîth de ‘Ubâdah est prioritaire parce que le Prophète (paix sur lui) a pris l’engagement des premiers musulmans sur l’islam à partir de lui !

En conséquence, si on vous transmet (les qualités de l’islam et ses principes généraux) à partir du Coran, ne prenez pas comme argument le Ḥadîth d’Ibn ‘Umar et ce, à cause des défauts que nous avons mentionnés précédemment, et ne prenez pas non plus comme argument des formules par simple imitation… (Raisonnez) et apprenez (par vous-même).

 Qu’Allah nous permette de comprendre.Equipe Al Amânah 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close