Des savants victimes du fanatisme…

Au nom du fanatisme, que de calamités et de maux dans l’histoire de l’islam…

Au nom de convictions considérées comme vérités absolues par certains dans le passé (et dont s’inspirent d’autres aujourd’hui malheureusement), des crimes ont été commis vis-à-vis de ceux qui ne les partageaient pas. Or, existe-t-il égarement plus manifeste que le fait de considérer la voie que l’on emprunte comme la seule digne du respect et représentative de la vérité ?

C’est ainsi que des savants, des musulmans, des Hommes, contemporains de l’expression assumée du fanatisme et de l’intolérance, furent violentés, rejetés voire massacrés :

  • At Ṭabarî fut tué,
  • Al Ḥallâj fut crucifié,
  • Al Ḥâkim fut chassé, frappé, emprisonné chez lui et son Minbar fut brûlé,
  • Al Ma’rî fut emprisonné,
  • An Nasâ’î fut lynché en plein mosquée et décéda de ses blessures,
  • Al Bukhârî fut rejeté, expulsé, considéré comme égaré à son époque,
  • Le sang d’Ibn Ḥayyân fut versé,
  • Al Munamar fut banni,
  • Les ouvrages d’Al Ghazzâlî, d’Ibn Rushd et d’Al Aṣfahânî subirent les autodafés,
  • Al Fârâbî, Ar Râzî, Ibn Sinâ, Al Kindî et Al Ghazzâlî furent tous rendus mécréants,
  • As Suhrawardî fut égorgé,
  • Ibn al Muqafa’ vit cuire ses propres membres dans une marmite, avant qu’on ne les fasse rôtir devant lui et qu’on ne le force à les manger. Il rendit son dernier souffle à la suite d’horribles tortures et d’atroces souffrances,
  • Al Ja’d Ibn Dirham fut égorgé,
  • Aḥmad ibn Naṣr, sa tête fut suspendue, puis on tourna avec dans les ruelles,
  • Lisân ad Dîn Ibn al Khaṭîb fut étranglé avant que son cadavre ne soit brûlé,
  • Ibn al Fârid fut rendu mécréant, puis expulsé…

Que de drames, de sauvagerie et de cruauté au nom d’une vision de l’islam que l’on considère comme seule vraie et juste à l’exception de toutes les autres.

Cependant, dans les écoles et les universités islamiques, plusieurs de ces personnages illustres sont considérés de nos jours comme des artisans de la civilisation islamique et de ce que d’aucuns appellent son « âge d’or », mais en se penchant sur leur biographie, on découvre qu’elle fut leur triste fin.

Autant dire que les groupes ou individus fanatiques d’aujourd’hui n’inventent rien en réalité. Ils ne font que piocher dans nos ouvrages d’histoire, de Tafsîr, d’explications de Ḥadîths, de Fiqh et autres afin de rendre légitime leurs actions violentes. Aussi, il ne suffit pas d’appeler à plus de spiritualité ou à « l’islam de la paix » pour que les choses changent profondément et durablement. Les époques qui nous ont précédés furent, d’après ce qui est rapporté dans les ouvrages islamiques, riches en termes de spiritualité et de compréhension de l’islam. Pour autant, le fanatisme était partout présent, brisant l’unité et détruisant la cohésion de la communauté et de la société en générale.

Ouvrons donc les yeux et cessons de croire que les problèmes de la Ummah se trouvent ailleurs, chez « l’autre », qu’ils sont extérieurs au carcan que l’on s’impose, aux œillères que l’on se met, à l’étroitesse d’esprit dont on fait preuve, à la méconnaissance dont on souffre, à la manipulation dont on est victime, à notre histoire que l’on ignore ou que l’on caricature et à notre passé que l’on fragmente, oriente et passe parfois sous silence.

Certes, il y a des opposants, des gens qui souhaitent nuire à l’islam et aux musulmans. Mais, ayons l’honnêteté intellectuelle d’admettre que les problèmes de la Ummah se trouvent dans une partie du patrimoine islamique lui-même et l’une des solutions est son dépoussiérage, ainsi que la mise en avant du raisonnement et de l’esprit critique face à ce qui nous est rapporté avec une ancienneté de plusieurs centaines d’années. Prenons conscience qu’il est raisonnablement impossible que plus de 1400 ans d’histoire n’aient aucun impact sur la fiabilité et la crédibilité des informations qui nous parviennent. D’ailleurs, pourrait-on le blâmer ? Ce n’est que la logique imparable de l’impact du temps et des influences en tout genre, qu’elles soient politiques, religieuses ou sociales.

Ainsi, craignons Allah pour ce qu’on Lui attribue, craignons Allah pour ce qu’on attribue à Son Messager, craignons Allah pour ce qu’on affilie à l’islam et craignons Allah pour les conséquences de tout cela.

Conséquemment, dans cet objectif de développement de l’esprit critique et d’encouragement à la tolérance, nous posterons régulièrement des articles ou des vidéos dans l’objectif, non pas d’adhérer à leur contenu à tout prix, mais simplement de contribuer à ouvrir les consciences, à œuvrer pour le vivre-ensemble, pour une meilleure compréhension de l’islam et de sa richesse, ainsi qu’à l’acceptation de la divergence, tant que celle-ci n’est ni l’expression du fanatisme ni du rejet.

Qu’Allah nous unisse et nous permette de comprendre.

Equipe Al Amânah

 

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close