Etre autodidacte en sciences islamiques ?

Est-il possible d’être autodidacte en matière de sciences islamiques ?

Sans dénigrer les cursus traditionnels mettant en avant l’apprentissage auprès de divers Shuyûkh et le fait d’obtenir des Ijâzât (diplômes, autorisation) dans diverses sciences, rien ne peut raisonnablement permettre de rejeter la science d’une personne qui ne passerait pas par cette voie. D’une part, l’accès au texte coranique, aux recueils de Ḥadîths, aux divers ouvrages richement argumentés et développés explicitant les sources fondamentales de la Sharî’ah et les diverses sciences liées à l’Islam permet de bénéficier de la large science laissée en héritage par les savants et, d’autre part, la Ijâzah n’a jamais été rendue obligatoire par ces mêmes sources islamiques sachant qu’elle ne concernait que le domaine de la transmission du Ḥadîth à l’époque des Salafs, et que, comme nous l’avons vu dans un article précédent, l’Imâm As Suyûṭî lui-même témoigne qu’elle n’est pas une obligation pour comprendre notre Dîn.

En outre, même si certains affirment qu’il faut absolument passer par la compréhension des « savants » pour saisir le sens des versets coraniques et les textes de la Sunnah, nous répondons d’une part qu’aucune source coranique n’explique précisément ce que doit être un savant pour bénéficier de ce qualificatif, si ce n’est craindre Allah et, d’autre part, ceux que l’on nomme savants ont divergé en tout et ne forme nullement un groupe homogène. Aussi, puisqu’Allah a donné une raison à chacun d’entre nous, pourquoi devrions-nous soumettre notre pratique du Dîn à des gens comme nous, dont le degré de piété n’est connu que d’Allah, et qui finalement raisonnent à partir de leurs connaissances comme nous pourrions le faire ? En somme, pourquoi faire de ces savants un clergé par le prisme duquel toute réflexion et analyse doit passer, alors qu’ils sont simplement un outil parmi d’autres permettant d’appréhender notre Dîn ?

Pourquoi une personne ayant l’arabe, la capacité de rechercher et la volonté d’être objective et honnête intellectuellement dans son travail ne pourrait-elle pas avoir un avis légitime en islam ? Existe-t-il une orthodoxie islamique ? Quel texte s’y oppose, si ce n’est les propos de ceux qui ont voulu fermer les portes de l’Ijtihâd ? Combien de fois Allah nous appelle-t-il à raisonner, à réfléchir ?

En guise d’exemple, voici quelques informations à propos d’une personne surprenante, principalement autodidacte et reconnue par les savants de l’Islam pour son savoir :

شيخ الإسلام أَحْمَدُ بْنُ نَصْرٍ الدَّاوُدِيُّ الْأَسَدِي ، الأموي، الطرابلسي، التلمساني المالكي ، من أئمة الحديث الشريف وحفاظه ، وأحد فقهاء المالكية المشهورين ، ويكني بأبي جعفر ، يعد أول من شرح صحيح البخاري وثاني شارح لموطأ مالك توفي رحمه الله سنة 402 هجرية .

Shaykh al Islam Aḥmad Ibn Naṣr ad Dâwudî al Asadî al Umawî aṭ Ṭarâblisî at Tilimsânî al Mâlikî, compte parmi les Imâms et grands « mémorisateurs » du noble Ḥadîth, également juriste mâlikite très connu, on le nomme aussi Abû Ja’far et on le compte parmi les premiers à avoir commenté Al Bukhârî et comme le deuxième à avoir commenté le Muwaṭṭâ de Mâlik. Il est décédé en 402 H. (qu’Allah lui fasse miséricorde).

ولد بمدينة المسيلة وقيل ولد بمدينة بسكرة، وهما مدينتان تقعان في الشرق الجزائري، حفظ القرآن الكريم ودرس علوم العربية من نحو وصرف وبلاغة ، ثم دراسة بعض مختصرات كتب الفقه المالكي كان عصاميا تعلّم بمفرده، ولم يعتمد إلا على قلة قليلة من علماء عصره وهم : إبراهيم بن خلف الأندلسي، أبو بكر بن عبد الله بن أبي زيد وأخيه عمر بن عبد الله.

Né dans la province de Masilah (M’sila, Algérie), on dit (aussi) à Biskrah, deux villes situées côté Est de l’Algérie. Il mémorisa le Coran et étudia les sciences de la langue arabe, de la grammaire, de la morphologie, et de l’éloquence. Puis il a étudié quelques résumés de livre de Fiqh Mâlikite. Il fut UN AUTODIDACTE (qui s’est instruit lui-même, sans maître) et ne prit (la science) que d’un très petit nombre de savants de son époque à savoir : Ibrâhîm Ibn Khalaf al Andalusî, Abû Bakr Ibn ‘Abdillah Ibn Abî Zayd et son frère ‘Umar Ibn ‘Abdillah.

هو من أهل السنة والجماعة، مالكي المذهب، ممن يرى بالتأويل الذي كان عليه كثير من العلماء قبله وبعده، أورد ابن حجر، والعيني الحنفي كثيرا من أقواله في التأويل منها: ما ورد في حديث أبي هريرة رضي الله عنه:  » يضحك الله إلى رجلين يقتل أحدهما الآخر يدخلان الجنة يقاتل هذا في سبيل الله، فيقتل ثم يتوب الله على القاتل فيستشهد » قال الداودي:  » أراد قبول أعمالهما ورحمتهما والرضا عنهما »

Il fait partie des Ahl as Sunnah wal Jamâ’ah, de l’Ecole Mâlikite, qui avait la position du Ta`wîl (interprétation) sur laquelle était un grand nombre de savants avant et après lui. Ibn Ḥajar et Al ‘Aynî al Ḥanafî ont beaucoup rapporté de ses paroles dans le Ta`wîl : parmi cela, il y a ce qui est rapporté du Ḥadîth d’Abû Hurayrah : « Allah « rit » de deux hommes, l’un tuant l’autre et entrant tous deux au Paradis. L’un a combattu dans le sentier d’Allah jusqu’à ce qu’il fût tué, puis Allah accepta le repentir du tueur qui meurt martyr. » Ad Dâwudî a interprété cela : « il voulait dire qu’Il accepta leurs œuvres, qu’Il leur fit miséricorde et les agréa. »

قال عنه مؤرّخ الإسلام الإمام الذهبي:  » أحمد بن نصر: أبو جعفر الأزدي الداودي المالكي الفقيه. كان بطرابلس المغرب، فأملي بها كتابه في شرح الموطأ، ثم نزل تلمسان. وكان ذا حظ من الفصاحة والجدل ».[2]

أما القاضي عياض فقد قال عنه: « من أئمة المالكية بالمغرب، والمتسعين في العلم المجيدين للتأليف »[3]

وقال عنه الإمام ابن فرحون في ترجمته: « من أئمة المالكية بالمغرب كان فقيها فاضلا متقنا مؤلفا مجيدا له حظ من اللسان والحديث والنظر ».[4]

أما الحافظ ابن حجر العسقلاني: فقد أورد له في « فتح الباري » 479 بين استشهاد ونقل لفوائد ، وأورد الكثير من أقواله، مرجحا بها لرأيه مرة ، ومناقشا لها آخرى ، وموهما لها تارة ومصححا له اطورا.

أما بدر الدين العيني الحنفي في  » عمدة القاري شرح صحيح البخاري  » فقد أورد : 636 بين استشهادا وفائدة.

Les éloges des savants le concernant :

  • L’Imâm adh Dhahabî a dit de lui : « Aḥmad Ibn Naṣr al Azdî ad Dâwudî al Mâlikî al Faqîh (juriste), qui vivait dans la ville de Ṭarâblis situé dans le grand Maghreb et dans laquelle on lisait son commentaire du Muwaṭṭa`. Par la suite, il descendit à Tlemcen. Il possédait une grande éloquence et la science du débat. »
  • Le Qâḍî ‘Iyâḍ a dit de lui : « Il fait partie des Imâms Mâlikites du Maghreb qui détenaient une large science et qui étaient des virtuoses à l’écrit. »
  • L’Imâm Ibn Farḥûn dit à propos de lui dans sa biographie : « Il faisait partie des Imâms Mâlikites du Maghreb, il fut Faqîh (juriste), vertueux, accompli, grand auteur éminent, il possédait une science dans la langue arabe, le Ḥadîth et l’analyse. »
  • Quant au Ḥâfiẓ Ibn Ḥajar al ‘Asqalânî, il a rapporté de lui 479 propos (choses) dans son Fatḥ al Bârî (commentaire du Ṣaḥîḥ de l’Imâm Al Bukhârî) qui sont soit des arguments soit des profits scientifiques. Il rapporta énormément de ses paroles en les utilisant pour faire prévaloir son avis, mais aussi pour les discuter, tantôt en les représentant de façon inexacte et tantôt pour les lui rectifier.
  • Quant à Badr ad Dîn al ‘Aynî al Ḥanafî dans ‘Umdah al Qârî commentaire du Ṣaḥîḥ de l’Imâm Al Bukhârî : « Il rapporte de lui 636 fois entre arguments et profits. »

ومن كتب الفقه والنوازل والقضاء التي احتفظت لنا بهذه الآراء والنوازل والمسائل والفتاوى والاجتهادات

على سبيل المثال:

 » المعيار المعرب عن فتاوى إفريقية والمغرب » للونشريسي.

 » الدرر المكنونة في نوازل مازونة  » لأبي زكريا يحي بنموسى المازوني

 » الأحكام الجوازل، في نُبذ من النّوازل  » لأبي رأس النّاصري الجزائري.

 » مواهب الجليل لشرح مختصر الخليل  » لشمس الدين أبوعبد الله محمد بن محمد بن عبد الرحمن الطرابلسي المغربي ، المعروف بالحطاب الرُّعيني.

 » الذخيرة في الفقة المالكي  » لشهاب الدين أحمد بن إدريس القرافي.

« الموافقات » لإبراهيم بن موسى بن محمد اللخمي ، الشهير بالشاطبي.

Parmi les livres de Fiqh, de sentences juridiques et de jugements qui ont préservé pour nous ses avis, ses sentences, ses thématiques, ses Fatwâ et son Ijtihâd, il y a par exemple :

  • Al Mi’yâr al Mu’arrab ‘an Fatwâ Ifrîqiyyah wal Maghrîb d’Al Wansharîsî al Mâlikî.
  • Ad Durar al Maknûnah fî Nawâzil Mâzûnah d’Abû Zakariyyâ Yaḥyâ Ibn Mûsâ al Mâzûnî
  • Al Aḥkâm al Jawâzil fî Nubdhi min an Nawâzil d’Abû Ra`s an Nâṣirî al Jazâ`irî
  • Mawâhib al Jalîl, commentaire du Mukhtaṣar de Khalîl, par Shams ad Dîn Abû ‘Abdillâh Muḥammad ibn Muḥammad ibn ‘Abd ar Raḥmân aṭ Ṭarâblisî al Maghrîbî, connu par le nom Al Ḥaṭṭâb ar Ru’aynî
  • etc.

لنصيحة في شرح صحيح البخاري: ويسميه البعض  » النصيح  » وقد ألف هذا الكتاب الجليل في تلمسان حيث ألف أكثر كتبه بها.

النامي في شرح موطأ الإمام مالك : وهذا الكتاب أصَلَه وأملاه بطرابلس أي في المرحلة الأولى من حياته ، ويعتبر هذا الكتاب ثاني شرح للموطأ بعد شرح محمد بن سحنون القيرواني له. وقد ذكر عبد الرحمن الجيلالي أنه توجد نسخة منه بمكتبة القرويين بفاس تحت رقم(527).

الأموال: وهو فتاوى وأحكام.

الواعي في الفقه.

الإيضاح في الرد على القدرية.

كتاب الأصول.

كتاب البيان.

كتاب تفسير القرآن المجيد.

  • An Naṣîḥah fî Sharḥ al Bukhârî (commentaire du Ṣaḥîḥ) que certains appellent « An Naṣîḥ ». Il composa ce noble livre à Tlemcen car il écrivit un grand nombre de ses livres là-bas.
  • An Nâmî fî Sharḥ Muwaṭṭa` al Imâm Mâlik : il le produisit et le récita à Ṭarâblis dans la première partie de sa vie. Ce livre est considéré comme le deuxième commentaire du Muwaṭṭa` après celui de Muḥammad ibn Saḥnûn al Qayrawânî. ‘Abd ar Raḥmân al Jîlâlî a dit qu’il trouva une copie du manuscrit de ce Sharḥ dans la bibliothèque de l’université Al Qarawiyyîn à Fès sous le numéro 527.
  • Al Amwâl, qui est un recueil de Fatwâ et de jugements,
  • Al Wâ’î fî al Fiqh,
  • Al Îḍâḥ fî ar Rad ‘alâ al Qadariyyah, qui est une réfutation des Qadarites,
  • Kitâb al Uṣûl,
  • Kitâb al Bayân,
  • Kitâb Tafsîr al Qur`ân al Majîd.

Qu’Allah nous permette de comprendre que l’islam n’est qu’une affaire d’interprétation personnelle dans la quasi-totalité des cas.

Equipe Al Amânah

******

عمدة القاري: 14 / 123

تاريخ الإسلام – للذهبي 6/421

ترتيب المدارك – القاضي عياض ج2/51

الديباج المذهب – ابن فرحون ج 2 / 114

ترتيب المدارك وتقريب المسالك لمعرفة أعلام مذهب مالك 7/102-103

  • ‘Umdah al Qârî (14/123)
  • Târîkh al Islâm d’Adh Dhahabî (6/421)
  • Tartîb al Madârik du Qâḍî ‘Iyâḍ (2/51)
  • Ad Dîbâj al Madhhab d’Ibn Farḥûn (2/114)
  • Tartîb al Madârik wa Taqrîb al Masâlik li Ma’rifah A’lâm Madhhab Mâlik (7/102-103)

 

 

https://ar.m.wikipedia.org/wiki/%D8%A3%D8%AD%D9%85%D8%AF_%D8%A8%D9%86_%D9%86%D8%B5%D8%B1_%D8%A7%D9%84%D8%AF%D8%A7%D9%88%D8%AF%D9%8A

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close