Ijtihâd : contextualiser et revisiter les avis juridiques

L’Ijtihâd est effort intellectuel déployé dans le but de déterminer les statuts juridiques des actions (permise, interdite, déconseillée, obligatoire…).

Voici ce qui est donc rapporté de l’esprit des Imâms fondateurs d’écoles (sunnites) et d’autres savants quant à leur appel à l’Ijtihâd et à la prise en compte du contexte dans les avis juridiques.

L’Imâm Abû Ḥanîfah a dit en s’adressant à Abû Yûsuf :

ويحك يا يعقوب، لا تكتب كل ما تسمع مني فإني قد أرى الرأي اليوم وأتركه غدا وأرى غدا وأتركه بعد غدا

« Malheur à toi ô Ya’qûb ! N’écris pas tout ce que tu entends de moi car l’opinion que j’ai aujourd’hui n’est peut-être pas celle que j’aurai demain, et celle que j’aurai demain sera différente de celle que j’aurai après-demain… »

إذا قلت قولاً يخالف كتاب الله تعالى وخبر الرسول صلى الله عليه وسلم فاتركوا قولي

Il dit encore : « Si je donne un avis contraire au livre d’Allah le Très haut et au Khabar (information) du Messager d’Allah (paix sur lui), délaissez ma parole. »[1]

لا يحل لأحد أن يأخذ بقولنا ما لم يعلم من أين أخذناه

Il dit encore : « Il n’est pas permis à quelqu’un de prendre nos avis tant qu’il ne sait pas d’où nous les prenons. »[2]

اذا صح الحديث فهو مذهبي

« Si le Ḥadîth est valide, alors c’est mon Madhhab (école). »[3]

Notons ici que la qualification dite « authentique » pour un Ḥadîth peut varier selon l’époque, les écoles et les recherches. Ainsi, ce qui pouvait être considéré à une époque comme authentique, peut ne plus l’être de nos jours suite à un nouvel Ijtihâd de la part d’un savant contemporain.

L’Imâm Mâlik Ibn Anas a dit :

إنما أنا بشر أخطئ وأصيب فانظروا في رأيي فكل ما وافق الكتاب والسنة فخذوه وكل ما لم يوافق الكتاب والسنة فاتركوه.

« Je suis un être humain qui peut se tromper comme il peut voir juste. Étudiez donc mes opinions. Adoptez tout ce qui est en accord avec le Coran et la Sunnah, et rejetez tout ce qui est en désaccord avec eux. »[4]

ليس أحد بعد النبي إلا ويؤخذ منه قوله ويترك إلا النبي

« Il n’existe personne après le Prophète (paix sur lui) sans que ses opinions puissent être acceptées ou rejetées, sauf le Prophète. »[5]

L’Imâm Ash Shâfi’î a dit :

إذ وجدتم في كتابي خلاف سنة رسول الله فقولوا بسنة رسول الله ودعوا ما قلت

« Si vous trouvez dans mon livre une contradiction avec la Sunnah du Prophète, adoptez alors la Sunnah du Prophète et délaissez mes propos. »[6]

Dans une autre version :

فاتبعوها ولا تلتفتوا إلى قول أحد

« (…) alors suivez-la (Sunnah) et ne prêtez attention aux paroles quiconque. »

L’Imâm Aḥmad Ibn Ḥanbal a dit :

لا تقلدوني ولا تقلدوا مالكا ولا الشافعي ولا الأوزاعي ولا الثوري وخذوا من حيث أخذوا

« Ne m’imitez pas aveuglément, ni Mâlik ni Ash Shâfi’î ni al Awzâ’î ni encore Ath Thawrî, mais prenez de la source de laquelle ils s’abreuvèrent. »[7]

Terminons cet article par les propos de l’Imâm Al Qarâfî s’adressant au Mujtahîd Muftî (savant rendant des avis juridiques) :

« مهما تجدد في العرف اعتبره ومهما سقط أسقطه، ولا تجمد على المسطور في الكتب طول عمرك بل إذا جاءك رجل من غير إقليمك يستفتيك، فلا تجره على عرف بلدك وسله عن عرف بلده فاجره عليه وأفته به دون عرف بلدك والمقرر في كتبك، فهذا هو الحق الواضح والجمود على المنقولات أبدا ضلال في الدين وجهل بمقاصد علماء المسلمين والسلف الماضيين »

« Toutes les fois qu’il y a un renouvellement dans la coutume (‘Urf) des gens, le Mujtahid (savant) la prend en considération, et toutes les fois où elle s’arrête, il la laisse. Ne te fige pas sur ce qui est consigné dans les livres toute ta vie ! Mais plutôt, s’il te vient un homme qui n’est pas de ta région et qui te demande la Fatwâ (avis juridique), ne le ramène pas vers la coutume de ton pays. Questionne-le sur la coutume de sa région, guide-le vers celle-ci et donne-lui la Fatwâ par elle sans tenir compte de celle de ton pays et de ce qui est établi dans tes livres. Ceci est la vérité claire et limpide. Le fait d’être figé à jamais dans les textes rapportés (al Manqulât) est un égarement dans la religion et une ignorance des desseins des savants musulmans et des Salafs passés. »[8]

Et les paroles sont nombreuses dans ce sens…

Qu’Allah nous permette de comprendre.

Equipe Al Amânah

******

[1] Al Fulânî dans Al Îqâẓ, p. 50.

[2] Ibn ‘Âbidîn dans sa Ḥâshiyah du livre Baḥr ar Râ`iq (6/293).

[3] Ibn ‘Âbidîn dans sa Ḥâshiyah (1/63).

[4] Ibn ‘Abd al Barr dans Al Jâmi’ (2/32).

[5] Ibn ‘Abd al Barr dans Al Jâmi’ (2/91).

[6] An Nawawî dans Al Majmû’ (1/63).

[7] Ibn al Qayyim dans I’lâm al Mawqi’în (2/302).

[8] Al Furûq (1/176-177)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close