Nos objectifs

Conscients de la division qui mine la communauté musulmane, des polémiques extérieures qui l’a font douter et des groupes ou individus déclarant détenir la vérité absolue qui entravent son épanouissement, nous avons voulu partager nos travaux menant, l’espère-t-on, vers la simplicité de l’islam, sa richesse et son étendue.

Désirant résister au fanatisme et désirant travailler collectivement au partage de recherches et de réflexions sur diverses thématiques islamiques, nous avons créé ce site ainsi qu’une page Facebook.

Notre objectif est d’éveiller les consciences, de développer l’esprit critique et ce, afin de lutter contre les manipulations sectaires, de promouvoir la diversité des voies et de s’enrichir mutuellement pour une meilleure compréhension de l’islam.

Ainsi, La voie du Ḥanîf est un appel à tout ceux qui veulent retrouver et tendre vers le Dîn d’Allah, celui des origines, éloigné de la main de l’Homme qui a trop souvent tenté d’orienter ses desseins. Le Ḥanîf est donc celui qui souhaite s’orienter vers la saine voie, celle qui, au-delà des influences en tout genre, utilise son esprit critique pour être capable de distinguer ce que disent nos sources, en premier le Coran, et ce qu’on a voulu leur faire dire et imposer en leur nom…

Ainsi, nos articles essaient de répondre aux quatre objectifs principaux suivants :

  1. Mettre en avant la divergence sur des sujets du quotidien, des sujets importants ou sur lesquels on peut s’imaginer qu’il n’y a pas de désaccord.
  2. Mettre en avant le dépoussiérage nécessaire d’une partie de notre patrimoine islamique sur laquelle s’appuie les enragés et fanatiques en tout genre, soit par des avis extrêmes, exclusifs, farfelus ou symboles de l’intolérance et du sectarisme.
  3. Mettre en avant certaines incohérences, contradictions, irrationalités et illogismes dans les domaines de la ‘Aqîdah, du Fiqh, de la science du Hadîth ou encore des Uṣûl al Fiqh (fondements du droit).
  4. Mettre en avant des solutions, d’autres approches et d’autres méthodologies argumentées et rationnelles afin de trouver, l’espère-t-on, plus de cohérences dans ce que l’on nous propose pour comprendre la richesse, le réalisme et l’humanisme de l’islam.

Les desseins sont simples et, nous le pensons, nécessaires :

  • Elargir les champs des savoirs,
  • Faire naître et/ou développer l’esprit critique afin de lutter contre les manipulations des sectaires,
  • Contribuer au développement de la tolérance et de la compréhension des diversités au sein de la communauté musulmane et avec la société en général pour un « mieux-vivre-ensemble »,
  • Et, surtout, cheminer sereinement mais sincèrement vers Allah et vers l’islam le plus authentique, celui révélé et légué à Son Messager, et non celui entaché, voire souillé, par la main de l’Homme.

A ce titre, nous citons cette sage parole de l’Imâm Abu Ḥâmid al Ghazzâlî (Khorasan, 1058-1111) qui illustre assez bien notre état d’esprit :

« Si une personne prétend que l’infidélité est ce qui diverge de la doctrine Ash’arite, de la doctrine Mu’tazilite, de la doctrine Ḥanbalite, ou d’une quelconque autre doctrine, alors sache que tu as affaire à un niais imbécile, emprisonné dans le suivisme. […] Si tu es objectif, tu pourras admettre que celui qui place le monopole de la vérité chez l’un de ces groupes en particulier est certainement plus proche de l’infidélité que de la foi. Car il se permet d’élever les disciples de ce groupe au rang du Prophète infaillible, par lequel la foi ne se réalise qu’en adhérant à ses idées et par lequel l’infidélité ne se justifie qu’en s’opposant à ses idées. »

(Faysal At Tafriqah baynal Islâm waz Zandaqah ; les propos d’Abû Ḥâmid Al Ghazzâlî ont été réadaptés par le Shaykh Muḥammad Al Ghazzâlî)

De même, cette autre parole d’un savant au nom illustre, Shaykh Muḥammad Al Ghazzâlî, témoigne profondément de notre approche et de notre vision :

« Je ne crains pas pour l’homme qu’il utilise sa réflexion et ce, même s’il s’égare, car il reviendra vers le chemin de la vérité. Mais plutôt, je crains pour l’homme qu’il ne raisonne pas et ce, même s’il prend le bon chemin, car il sera telle la plume soumise au souffle du vent. »

Que Dieu nous permette de comprendre

Rédaction LVDH

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close